2 mois à Bali : RÉTROSPECTIVE ET ITINÉRAIRE

10
J’aime les bilans. Je vous ai déjà livré notre budget voyage pour Bali, mais outre l’intérêt que certains peuvent y porter (et j’en comprends le sens), cela ne reste que des chiffres. Le vrai bilan, c’est celui qui nous fait voir l’ampleur du chemin parcouru, nous remémore les bons et les moins bons coups, nous fait réfléchir, réajuster le tir.

Deux mois à Bali : l’heure est à la rétrospective

Durée

2 mois. Honnêtement, peut-être un peu trop longue.

Oui, j’ai bel et bien écris ça. J’assume. J’ai aimé Bali, n’allez pas croire le contraire. C’est difficile à expliquer sans avoir l’air de celle qui avait des attentes trop élevées (j’en n’avais juste pas), de celle au-dessus de tout ça (perso, envoie-moi à Chibougamau ou au Burkina Faso, je serai excitée). C’était bien, mais si c’était à refaire, je m’en tiendrais à mon premier souhait (que j’ai laissé tomber pour plusieurs raisons en cours de route) et utiliserais ces deux mois pour aller découvrir Bali ET un autre coin de l’Indonésie. Mais ça, c’est moi. J’ai l’impression que Bali m’aurait plus marquée si elle avait été ma première destination asiatique, si j’avais commencé le voyage par là.

Je sais pas. Coudonc.

Vous êtes sur Pinterest?

2 mois à Bali itinéraire

Itinéraire

Fidèles à nos habitudes, nous n’avions presque rien prévu côté itinéraire. .Au départ, on envisageait s’arrêter un mois à Ubud, vu sa popularité auprès des travailleurs nomades, pour donner un petit coup de travail. On pensait passer dans l’est, puis nous rendre aux îles Gili… le reste était plutôt flou.

Finalement, nous avons :

  • scindé notre passage à Ubud en deux;
  • laissé tomber les Gilis;
  • passé trop de temps à Seminiyak;
  • consacré trop peu de jours à l’est;
  • lésardé une bonne semaine à Yeh Malet sur la côte sud-est;
  • perdu patience aux bureaux de l’immigration dans le nord;
  • réalisé un petit détour impromptu dans l’ouest;
  • découvert furtivement Sanur;
  • pour finalement nous y réinstaller un mois plus tard…

Oh well, c’était un peu n’importe quoi, comme toujours, et c’était parfait comme ça.

En gros, au final…

  • 7 nuits à Seminyak (+ une journée à Sanur lors de laquelle on a pu rencontrer Christine de Mamanvoyage et sa charmante famille)
  • 8 nuits à Yeh Malet (un peu à l’ouest de Candidasa, sur la côte est)
  • 14 nuits à Ubud (dont plusieurs aller-retour à Singaraja pour des histoires de visas)
  • 4 nuits dans un village près de Lovina, sur la côte nord (+ Banjar)
  • 2 nuits à Pemuteran, dans l’ouest (pour moi, une amie venue nous visiter et nos 4 enfants pendant que monsieur passait 2 nuits à Singaraja pour gérer les foutus visas…)
  • 4 nuits sur la côte d’Amed, dans l’est (+ Gunung Batur, temple Pura Lempuyang et Tirta Gangga)
  • 4 autres nuits à Sanur (+ Uluwatu et Padang Padang)
  • 14 autres nuits à Ubud (pas que la ville nous avait enchantés, mais c’était une option pratique côté travail et comme on était dernière minute, ça s’est décidé la veille)

Itinéraire Bali

Une partie (imposée) de notre itinéraire  s’est dessiné sur la base des procédures nécessaires à la prolongation du Visa on arrival; une autre (plus lente) par notre envie de nous poser, après plusieurs mois de voyage; puis une autre (plus rapide) par la visite d’une bonne amie et de son fils.

1- Seminyak

Nous voulions réserver un hébergement pour notre arrivée (qui devait avoir lieu de soir) non loin de Denpasar. À ce moment de la journée, le trajet vers Seminyak devait nous prendre une vingtaine de minutes. On s’est dit que ce serait moins intense que Kuta, mais qu’on pourrait profiter de la plage une journée ou deux avant de bouger vers le centre pour nous poser. Le Airbnb était peu coûteux, bien placé, semblait chouette. On était fatigués, on avait besoin de se poser rapidement. On a finalemenht réservé pour une semaine.

Peu de choses à dire sur Seminiyak. Trafic, taxis insistants, jeunes backpackers qui font la fête, plage agréable, ambiance festive, repos, rattrapage d’école, mise à l’épreuve de mon sang froid, Internet frustrant… mais notre arrivée en pleine nuit restera quand même une anecdote sympathique à raconter.

Seminyak, Bali, plage

Articles liés :

2- Yeh Malet

Je ne sais plus trop exactement pourquoi on s’est retrouvés à Yeh Malet. On a réservé sur Airbnb. Un coup de coeur. Et on s’est dit : tiens, ça ne semble pas très populaire comme coin, allons voir ce que ça donne! Un coup de dés, bref.

Si je vous faisais le récit détaillé de notre passage à Yeh Malet, il serait peut-être ennuyeux à vos yeux. Rien de très glamour, beaucoup d’ordinaire, de vie quotidienne, loin du brouhaha touristique. C’est une histoire qui sied bien dans la même catégorie que Buakped ou Phrao. Notre séjour dans le coin reste parmi mes souvenirs les plus vrais et les plus (extra)ordinaires de ces deux mois à Bali.

À Yeh Malet, il y a un seul hébergement touristique : ce qu’on pourrait appeler un jumelé, tenu par un Balinais et sa femme expatriée (une Suédoise, de mémoire). Un bungalow divisé en deux dans le fond de leur cour, en gros. Au moment de notre passage, ils en étaient à finaliser la rénovation d’un local à l’entrée de la cour. Un petit resto que ça allait devenir quelques semaines plus tard. Pas un once d’infrastructure touristique à part là. Rien de « particulier » à y voir, juste un village ordinaire, l’école primaire, le magasin du coin, des sentiers qui se perdent en forêt et des maisons de bois.

Après quelques jours, sont arrivés nos voisins. Des Québécois. En voyage pour 5 mois en Asie du Sud-Est. Deux enfants. On aurait pu ne pas bien s’entendre. Je suis un peu sauvage par moments en voyage. Parle parle, jase jase, ils habitent le quartier voisin au nôtre à Québec! (On s’est revus d’ailleurs!) En 15 minutes de jasette, on s’est trouvé des points en commun à la tonne. Les 5 enfants jouaient déjà ensemble, heureux de retrouver des « amis qui parlent notre langue ».

On a prolongé notre séjour, repoussé notre arrivée à Ubud. On s’est même donné rendez-vous dans le nord 3 semaines plus tard. Comme quoi.

Je vous en parlerai peut-être prochainement…

Yeh Malet, plage noire, Bali

Une plage du coin… sable volcanique, personne à l’horizon.

3- Ubud

Deux semaines qu’on s’est installés à Ubud, une première fois. Deux semaines essentiellement tranquilles, dont la première se sera résumée à profiter d’un des meilleurs hébergements de tout le voyage, à jouir d’une température parfaite, d’une ambiance relaxe, à bien manger, à se coucher tôt, à travailler et à mettre les bouchées doubles dans les matières scolaires.

L’amie est arrivée durant la deuxième semaine et le rythme s’est intensifié. On en a profité, on a baroudé, on a bougé. Les trois semaines qui ont suivi nous ont fait adopter un rythme de voyage plus soutenu.

Avec elle, on a parcouru les rizières en bordure de la ville, on a fait marcher les enfants comme jamais ils n’avaient marché, armées de popsicles comme appâts. On a exploré la Campuhan Ridge Walk, on s’est perdues avec les enfants. On a arpenté la très touristique Monkey Forest, dont l’intérêt, à nos yeux, se révèle dans sa partie plus « tropicale », mais qui nous a laissé une impression un peu amère quant au traitement réservé aux singes qui l’habitent. On est sorties entre filles, on a ratissé le Ubud Traditionnal Art Market…

C’est aussi à ce moment que le processus d’obtention des prolongations de visas on arrival s’est enclenché… Ça aussi, j’en reparlerai un jour!

Articles liés :

Ubud airbnb

Notre salle à manger durant ces deux semaines…

4- Lovina

On s’est tellement bien entendu avec la famille rencontrée à Yeh Malet qu’on a choisi de se rejoindre dans le nord un peu plus tard. On a loué une villa près de Lovina : 5 adultes, 6 enfants, pour 4 jours. Dans le désordre : aventures épiques avec VRBO (faut que je vous raconte un jour…), observation des dauphins, recherche infructueuse d’un semblant de nightlife à Lovina, massages balinais sublimes, concert de musique traditionnelle, arnaque touristique, plage privée, piscine, quasi noyade d’un enfant, repas en bonne compagnie, quelques visites dans la région, chutes d’eau, petites randos, sources thermales de Banjar… 4 jours bien remplis.

5- Pemuteran

Les visas n’étant toujours pas réglés lors de notre départ de Lovina, il nous fallait rester près (nos passeports étant retenus aux bureaux de l’immigration qui fermaient et ouvraient bien quand ils le voulaient). Monsieur est retourné s’installer à Singaraja pour faire avancer le processus, pendant que l’amie, moi et les 4 enfants, on s’est poussées vers l’ouest.

On y a découvert un autre Bali. Plus montagneux, plus sauvage, où temples et mosquées s’alternent. Plusieurs hébergements touristiques, mais peu de voyageurs au moment de notre passage… Nous avions souvent l’impression d’être seuls au monde. La plupart des voyageurs s’y rendent soit pour atteindre le parc national, soit pour un départ vers l’île Menjangan, ou pour aller y faire du snorkeling ou de la plongée.

Notre but premier était de nous rendre sur Menjangan Island, mais de petits soucis de sécurité nous ont fait renoncer à l’aventure avec les enfants. Dans le désordre : aventures en Bemo, singes entreprenants, visites de temples bien différents de ce qu’on a retrouvé à Ubud, cérémonie bouddhiste, snorkeling, repas sur la plage, auberge parfaite, problèmes de cartes de crédit, plage à nous seuls…

Article lié :

Pemuteran

Pemuteran

6- Amed

Nos passeports à nouveau en poche (ENFIN!) et nos prolongations de visas durement obtenues bien en mains, on a longé la côte nord pour nous retrouver dans l’est où on a loué, pour 4 nuits, une maison de vacances sur la côte d’Amed.

De là, on en a profité pour visiter le temple Lempuyang et Tirta Gangga. L’amie et l’homme en ont aussi profité pour faire l’ascension du Mont Batur.

On a trouvé là une partie de Bali où le temps s’égraine lentement, avec une ambiance agréable. Avec du recul, je consacrerais plus de temps à la côte. Nos plans initiaux nous menaient à partir de là aux îles Gili, mais nous avons décidé, à la dernière minute, de laisser tomber l’idée.

Article lié :

Amed

Vue de la fenêtre au réveil, pas si mal!

7- Sanur

On avait tellement apprécié Sanur la première fois, qu’on a voulu y retourner avec l’amie. On a décidé de se gâter un peu en louant une villa avec piscine légèrement au-dessus de notre budget habituel. De là, on en a profité pour sillonner la plage de Sanur d’un bout à l’autre, pour manger, manger et encore manger. Boire un peu aussi. Et on est parties en excursion d’un jour dans la péninsule de Buket, à Uluwatu, entre autres.sanur plagesanur porte

Article lié :

8- Ubud

Les deux dernières semaines, on a choisi de retourner à Ubud, la maison louée en début de séjour étant toujours disponible. L’amie est repartie, le rythme plus lent est revenu. À ce stade, nous étions un peu las du voyage. Nous avons travaillé, planifié notre retour en Thaïlande, puis celui au Canada, avons repris l’école là où nous l’avions laissée… On a encore mangé, on est devenus des habitués du Cat Cafe (j’ai même obtenu ma carte de membre!, on a assisté à des spectacles de danse : balinaise traditionnelle, Kecak Fire…


Hébergement

Comme j’en parlais dans le bilan financier, nous avons passé 54 nuits sur place, dont la grande majorité avec Airbnb, 4 avec VRBO et 10 dans des hébergements réservés sur booking.com : deux villas, une maison de vacances, quelques bungalows, un cottage, quelques chambres d’hôtels, et un « jumelé ».

Les hébergements étaient généralement faciles à trouver, peu cher pour ce qu’on avait, grands et confortables. Toutefois, à Bali plus qu’ailleurs, l’Internet a souvent fait défaut.

Notre villa près de Lovina est introuvable, puisqu’elle résultait d’une aventure, comment dire, loufoque. Nous n’avons jamais vraiment su où nous étions et si cette villa avait de réelles visées touristiques…  Elle avait été réservée sur VRBO.

Déplacements

Alors là, à Bali, on ne s’est pas cassé le coco. La plupart du temps, vu le nombre de voyageurs présents, charteriser un taxi était l’option la plus économique. Par paresse de « fin de voyage » et parce qu’on rentrait encore très très bien dans notre budget, on a opté pour la solution facile (quoique!) et avons passé outre la location de voiture ou de scooters.

On a bien pris quelques BEMO, mais rares sont ceux qui ont croisé notre route. Le système d’autobus touristique est plutôt restreint et de toute façon, au nombre qu’on était, les taxis nous revenaient vite moins chers.

Über et Grabcar nous ont aussi été d’une grande aide dans le sud et à Ubud.

Budget

Au total, le budget quotidien a été plus élevé que notre limite imaginaire de 75 $/jour pour la famille, mais on s’en doutait. Comme une amie venait nous visiter, on avait décidé que durant les 3 semaines que durerait son séjour, nous accorderions un peu plus de budget, quitte à se calmer le pompom par la suite… Avec elle : 100 $/jour, sans elle 75 $/jour.

Au final, en deux mois, nous avons dépensé 4 865 $ dollars canadiens/3 372 Euros, pour une moyenne journalière journalière générale de 77 $.

Pour connaître notre bilan financier détaillé de ces deux mois de voyage à Bali allez lire :


Tous les articles liés à notre passage à Bali :


*Cet article contient des liens affiliés. En réservant un hébergement à partir d’un de ces liens, vous me permettez de toucher une petite commission sans que cela ne change votre facture. 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, étudiante à perpète, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Voyages, linguistique et périnatalité teintent mon quotidien.

10 commentaires

  1. J’aime beaucoup Bali mais j’avoue que je n’y serai pas restée deux mois. Après un premier voyage de trois semaines, nous y retournons deux bonnes semaines pendant notre tour du monde (sur deux mois en Indonésie). En préparant mon itinéraire, je me souviens être tombée sur ton article sur pemuteran, ça ma beaucoup aidée, merci! C’est chouette d’avoir ton retour sur l’ensemble du voyage également ! Bonne continuation

    • Oh super, si ça peut avoir aidé! Si vous désirez aller sur Menjangan, planifiez bien votre passage si vous avez des enfants avec vous ;)

      Deux semaines sur Bali durant un TDM, ça je le ferais. Sinon, pas certaine que j’y retournerais sans raison particulière.

      Bon TDM!

  2. Bonjour, merci de me faire rêver à travers ton article, j’aurais une petite question, même deux hiihii.
    Est-ce que Bali est si beau en vrai qu’en photos?, Pour le logement que conseille-tu ? Un Airbnb ou hôtel, Est-ce-que la nourriture ne t’à pas trop dégoutter comme ça pourrait l’être dans certains pays. Quels sont les endroits /plages a faire et celle au contraire a éviter. Merci d’avoir répondu a mes questions et bonnes journées a toi ?

    • Bonjour et merci d’avoir pris le temps de commenter!

      Hum!

      Est-ce que Bali est aussi beau en vrai? Ça dépend! Il y a des endroits magnifiques à Bali, mais je trouve que souvent, les photos ne sont pas représentatives des lieux (parfois négativement, parfois positivement). Par exemple, on met beaucoup de photos de plages paradisiaques, alors que Bali, à mon sens, n’est pas la destination la plus « plage » au monde… Plusieurs sont très poolluées (celles gérées par les hôtels sont généralement correctes) et elles sont loin d’être toutes accesssibles à la baignade. Parmi les plus populaires, les photos ne montrent que rarement la concentration de touristes…

      Airbnb ou hôtel? Ça dépend de ce que tu aimes, mais je te dirais que j’ai trouvé de superbes choses sur Airbnb, VRBO, mais aussi sur Booking (en maison de vacances, villas, etc.)

      La nourriture balinaise est correcte (je parle de la nourriture de rue, générale, dans les petits warungs). Faut aimer un peu le riz frit, par contre ;) Mais comme Bali est excessivement touristique dans certains coins, on peut y trouver des restaurants très tendance qui sortent du balinais typique. Le meilleur exemple est Ubud aved sa vibe internationale où il y a des restos qui n’ont rien à envier à ceux des grandes capitales. Mais bon, si on aime plutôt manger « comme les habitants », on aura une nourriture correcte, pas mauvaise. (Mais j’arrivais de Taïwan, Malaisie et Thaïlande, alors, forcément, la bouffe balinaise m’a parue bien ordinaire…)

      Les endroits à voir ou à éviter, encore là, ça dépend de ce que tu aimes et du type de voyage… Je t’encourage à aller du côté du nord-ouest, peu visité et très différent, avec des plages quasi désertes, des temples magnifiques et peu de touristes. J’ai zappé Munduk et le regrette : c’est définitivement un endroit que je recommande sans même y être allée :P. Ensuite, si on aime moins le tourisme de masse, le trafic, les grandes bannières, etc. On évite un peu plus Seminyak et Kuta, etc. J’ai beaucoup aimé Sanur, plus tranquille tout en restant très fréquentée… Ubud est chouette, mais, à mon sens, surestimé. C’est là où je me suis sentie le moins à Bali (avec Seminyak). J’y ai quand même trouvé de quoi m’amuser avec le temps… La côte d’Amed et la côte est méritent d’être explorées lentement à mon avis…

      Si tu as d’autres questions, n’hésite pas! Bonne journée à toi et je file découvrir ton blog :)

  3. Elodie RIVET on

    bonjour, je prevois un voyage de deux moi avec mon mari et mes enfants (deux ans et demi et quatre mois) a Bali. Un peu different, nous voudrions une maison pour les deux mois, je me demandai si vous recommendiez un endroit en particulier pour se poser? Peut etre quelque part ou on peut trouver des parc pour enfants ou ce genre de chose??? Merci de votre temps/

    • Bonjour Élodie! Beau projet!

      C’est une bonne idée de se poser les deux mois au même endroit. Tout est tellement près à Bali de toutes façons : il est facile de visiter l’île en étant posté à un endroit.

      Mais trouver le bon endroit n’est pas évident à mes yeux. Ubud est central, agréable pour les adultes, mais très transformé et d’intérêt limité pour les enfants. J’ai bien aimé nos passages à Sanur. La mer y est calme (pour la baignade avec enfants, plus facile qu’à l’ouest), la ville est aussi plus calme que les Seminyak, Kuta et cie, on y voit beaucoup de petites familles, c’est très familial en gros! Il est plutôt facile d’y trouver de petites villas avec piscine pour un prix plus que raisonnable. Si c’est à la marche de la plage, c’est encore mieux. Si j’avais à me poser 2 mois au même endroit, c’est ce que moi, je choisirais.

      Ensuite, tous les autres coins ont leurs avantages et inconvénients : La côte d’Amed est superbe pour son ambiance et ses décors, mais demande beaucoup à se déplacer en voiture ou en moto (plusieurs petits villages séparés), les plus grosses villes sont très transformées et grouillantes et ne sont pas toujours le paradis des enfants. La côte nord est aussi chouette, les villas y sont faciles à trouver, mais on y est, comme dans le coin d’Amed, aussi un peu « isolés »… ( Je vous suggère cet article pour Sanur : https://lagrandederoute.com/sanur-bali/ )

      Pour les parcs pour enfants, ils sont très rares à Bali, mais une amie en a trouvé à Sanur. Il y en a un, très sommaire, fréquenté par des expats surtout, à Ubud, mais un peu excentré. Et dans cet article, je donne mes adresses avec enfants dans Ubud (où j’ai passé un mois en tout) : https://lagrandederoute.com/bonnes-adresses-pour-manger-a-ubud/

      Je vous souhaite un superbe voyage :)

  4. Pingback: 2 mois à Bali : bilan financier ⋆ La Grande Déroute

Leave A Reply

CommentLuv badge