Félicitations pour votre premier bébé! Alors, c’est fini les voyages?

40
C’est lors d’un voyage de trois mois en Amérique du Sud que l’homme m’a fait la grande demande.  Non, pas celle qui implique une bague, des confettis, des signatures et un « oui, je le veux ». Je parle de celle qui implique un changement de statut, un engagement profond envers une tierce personne qui allait provenir de la chair de nos chairs.  Je m’en souviens très bien. Nous étions dans un bus qui nous menait dans le nord de l’Argentine. Le paysage qui défilait se composait de montagnes colorées. Veux-tu être la mère de mes enfants?

Retour au Québec, retour à l’université. Réflexions (encore peu de temps avant cet épisode, je pensais ne pas vouloir d’enfants). Décision (ok, go!), puis BAM! deux petites lignes, et cette phrase…

Félicitations pour votre premier bébé! Alors, c’est fini les voyages?

À la première occurence, je me suis dis: « Mais non! C’est quoi cette question? » D’autant plus qu’elle venait spontanément, dans l’ordre ou dans le désordre, avec « Alors, vous allez chercher pour une maison? », et « Vous allez vous acheter une auto, donc? ».

À la deuxième occurence, je me suis dis: « Non, non. On va continuer. », tout en ayant une meilleure compréhension du discours et en voyant poindre le début d’un mini doute.

À la troisième occurence, je n’ai rien répondu, mais j’ai repensé à cette femme rencontrée sur la Isla Del Sol, en Bolivie, qui voyageait seule avec ses 4 enfants. Puis, à ce couple, habitué du voyage en famille, qui venait de se séparer et qui avait fait le pari de voyager une dernière fois tous ensemble. C’était leur troisième mois sur les routes boliviennes et péruviennes. Et je pensais aussi à cette famille qui voyageait en voilier depuis des lustres… avec leurs 4 enfants d’âge scolaire.

À la quatrième occurence, j’ai tenté de défendre mon point.

« Oh, mais tu sais, voyager avec des enfants, c’est pas pareil. Ça change une vie que de devenir parent. Vous allez avoir besoin de stabilité, d’une maison, d’une routine, d’une bonne sécurité financière… au fait, t’as été engagée à la commission scolaire? Vous avez regardé pour une hypothèque? »

Ensuite, j’ai fait semblant de ne pas entendre. Pas parce que je ne voulais pas voir la vérité en pleine face, mais bien parce que j’étais convaincue que cette vérité ne me correspondait pas. Je SAVAIS que des familles voyageuses, il y en avait des tonnes. Pas nécessairement riches, pas nécessairement folles non plus. Je savais que tout est possible quand on s’en donne les moyens et que de sortir du cadre ne se fait jamais sans quelques regards désapprobateurs qu’il faut soit esquiver, soit transformer, pour poursuivre son chemin.
Ma belle-soeur dirait : «acknowledge and ignore »

À ce moment de ma vie, si on avait pu me certifier par acte notarié que les enfants empêchaient de voyager, j’aurais couru me faire zigouner les trompes. À ce moment de ma vie, mon désir de voyager supplantait tout le reste, y compris celui de fonder une famille. Et de loin.

« Oh, mais vous allez certainement partir moins longtemps, moins loin, moins à l’arrache… »

Vous ne pourrez plus voyager comme avant…

voyager famille

S’il est vrai que notre façon de voyager a changé depuis l’arrivée des enfants, je ne suis pas prête à tout leur mettre sur le dos. On aime voyager avec de petits budgets. On voyage encore sur de petits budgets. On aime vivre avec un petit budget, simplement.

On ne décide plus, trois heures après la tombée du jour, de dormir cachés derrière un timide feuillage sur une aire d’autoroute. Mais vous savez quoi? Même sans enfants, ces envies ne sont plus là.

On ne fait plus d’autostop (oui, bonjour, on va par là, on est 5, vous avez de la place?). On bouge moins rapidement, on reste plus longtemps à chaque endroit. Toute cette richesse de prendre son temps, de vivre un endroit, de ne pas chercher à tout voir et tout faire, je suis reconnaissante de l’avoir découverte.

On ne marche plus 13 heures par jour, mais on marche encore…

On est un peu moins à l’arrache, mais on ne planifie pas vraiment plus…

Vite de même, j’ai envie de dire que les plus gros changements dans nos habitudes de voyage ne sont pas tributaires du fait qu’on a des enfants, mais plutôt du fait que nous changeons intrinsèquement. Nos désirs changent, nos sources d’émerveillement aussi, nos besoins ne sont plus les mêmes. Notre façon de voyager suit notre façon de vivre : elle change, au gré de nos besoins, de nos envies, de nos expériences.

Il est vrai que nous n’avons pas la même vie, étant parents. Mais nous n’avons plus les mêmes besoins non plus. Certains diront qu’on devient pépères. Moi, je crois qu’on porte simplement un nouveau regard sur la vie.

Maëva avait 8 mois quand on a annoncé notre départ prochain pour l‘Australie. 4 mois prévus sur place. 4 mois qui, en cours de route, en sont devenus 11. On en a même profité pour construire une petite soeur à notre voyageuse. Made in Australia, oui, monsieur (j’ai failli la nommer Mia pour cette raison). À 16 mois, Maëva nous accompagnait dans un roadtrip en Nouvelle-Zélande, dont la planification (du voyage, pas du bébé!) avait été aussi sérieuse que celle qu’on fait un vendredi soir pour choisir où est-ce qu’on sortirait bien (voyez, je suis pas si pépère que ça). À 17 mois, elle plongeait ses petits orteils dans l’océan pacifique au-dessus dans la Grande Barrière de Corail. À 18 mois, elle traversait le continent du sud au nord. Tout ça, sans compter les dizaines d’escapades de quelques jours, la plupart du temps, peu ou pas planifiés (plus souvent pas que peu), dans l’État du Victoria.

voyager enceinte famille

Et puis, maintenant ?

Maintenant? Nous n’avons toujours pas de maison et n’en voulons pas (ça va, on n’est pas à la rue: on loue). On a une voiture depuis l’arrivée de N. Ça devenait pratique. Et depuis l’arrivée de L, décidément, ça nous facilite la vie. On en profite pour road tripper à travers la province. Je ne compte plus les trajets de 9, 10, 12 heures avec les trois enfants sur la banquette arrière, juste heureux d’aller « quelque part ». Nous planifions partir nous installer temporairement en Asie à la fin de l’année (EDIT : Et c’est ce qu’on a fait! -> 6 mois en Asie en famille). Nos situations professionnelles sont plus instables que jamais. Par choix. Et la sécurité financière? La quoi? Les enfants ne manquent de rien, et leur « chez-soi » est là où leurs parents sont.

Vous pourriez aimer aussi lire :

-> Pourquoi voyager avec un enfant qui « ne s’en souviendra peut-être même pas » ?
> Trop voyager durant l’enfance peut-il rendre le futur voyageur blasé ?
> Jusqu’à quand puis-je prendre l’avion enceinte?
-> Réserver ou non un siège pour un bébé de moins de deux ans?

On vous a aussi servi ce genre de remarques ? Vous n’avez pas encore d’enfants, en désirez, mais entretenez des craintes en ce qui a trait à la poursuite de vos voyages ? Racontez-moi !

 

 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

40 commentaires

  1. J’aurai pu écrire le premier paragraphe, pour moi la déclaration fut devant un sublime canyon au Pérou, 3 semaines plus tard j’étais enceinte. Sur l’isla d’El sol j’ai su qu’une petit vie naissait en moi. On était sur la route, a notre retour on a entendu exactement les mêmes réflexions. Depuis un petit voyage avec notre lemurien nous a donné beaucoup de confiance pour la suite de nos voyages qui je l’espère seront aussi riches que les vôtres. Bonne route à vous tous et merci pour ce joli témoignage.

    • Merci beaucoup Laura pour ce superbe commentaire!

      Wow! La déclaration au Pérou et les deux petites lignes sur la Isla del Sol… merveilleux! Je vois que tu as pris moins de temps que moi pour réfléchir hahah! ;)

      Je crois qu’on est plusieurs à entendre ces réflexions et ces « oh, mais tu vas voir… ». Et pourtant, une fois lancés, on se rend bien compte que ce n’est pas tant les voyages qui changent avec des enfants, mais bien la VIE. On s’adapte à ces petites vies que ce soit à la maison ou à l’autre bout du monde…

      je vous souhaite encore plusieurs autres beaux voyages que vous pourrez vivre en regardant à travers les yeux d’un enfant.

  2. tiphanya on

    C’est aussi l’une des toutes premières phrases que j’ai entendu : « je pensais pas que tu aurais des enfants si tot vu comme tu aimes voyager ». Alors que je venais de passer mon 4e mois de grossesse au Kirghizstan (j’ai annoncé la grossesse après le voyage pour avoir la paix).
    Bon en ce moment je râle car je ne peux pas trop, mais ce n’est certainement pas la faute de ma fille.

    • Universelle cette phrase!

      Même chose ici, on a dû prendre une pause de voyages, mais c’est à cause de biennnnnnn des choses, mais pas à cause des enfants!

      Bonne idée d’annoncer la grossesse après le voyage. Ça calme les ardeurs et les commentaires bizarres :P

  3. Beau texte Bianca! Une très bonne amie m’a dit qu’elle croyait bien que je serais la dernière des copines à avoir des enfants vu mon amour des voyages. Et non! J’espère que toutes ces filles pas encore maman (car je sais qu’elles nous lisent et c’est super!) qui liront ton billet seront contaminées par le mantra #vivelesbébéssurlago bises xxx Maman Globe-trotteuse

    • C’est mon but Caroline! Contaminer les futures mères par un mantra du genre!

      J’aurais aimé lire ça à l’époque où je ne voulais pas d’enfants. Remarque, ne pas avoir d’enfants parce qu’on ne veut pas d’enfants, c’est tout à fait correct aussi! Mais ne pas vouloir d’enfants parce qu’on croit que ça nous empêchera de vivre, c’est ça que je trouve dommage. Et c’est pour ça que j’ai désiré m’exprimer à ce sujet :)

      #vivelesbébéssurlago!

      a+ Maman Globe-Trotteuse ;)

  4. Coucou Bianca, joli texte et tout à fait d’accord avec toi. C’est surtout le 1er voyage avec bébé, qui nous change et auquel on subit un peu le changement! Ensuite ces changements font partis de nous, comme nos enfants, et je ne les regrette pas! Comme toi, notre façon de vivre change aussi! Le mode « baroude » s’adoucit simplement car à 40ans, j’ai des fois pas envie de dormir dans une voiture comme je l’ai fait bien des fois à 20 ans!

    • Coucou Sandrine!

      Merci pour ton commentaire. Il y a de ça: on change, juste par l’âge (on va appeler ça l’expérience, car le chiffre est si relatif à mon avis), enfants ou pas. Notre façon de voir la vie, nos besoins changent et tout ça n’est pas exclusivement tributaire des enfants.

      Moi, aussi, dormir dans une voiture, ça me tente de moins en moins :P Pourtant, j’ai aimé le faire par le passé…

  5. Ca fait du bien de lire ton article ! Nous on a toujours aimé voyager et on a toujours rêvé de fonder une famille… et aujourd’hui, on concilie les deux et je trouve que l’arrivée de notre demoiselle donne un nouveau sens à nos voyages, pour nous cela fait partie intégrante de l’éducation qu’on voudrait lui donner : une curiosité et une ouverture sur le monde ! Bien sûr qu’on a entendu le même genre de remarques, la plus fréquente étant « mais à quoi ça sert, elle ne s’en souviendra pas » (je précise que notre demoiselle avait 14 mois lors de notre voyage en Malaisie)… mais je crois que notre entourage est globalement assez ouvert là dessus !
    Bref, mon rêve est d’emmener ma petite famille pour un voyage au long cours et ce rêve existe aussi grâce à toutes les jolies familles comme la tienne qui parcourent la planète et qui nous prouvent que c’est tout à fait possible !

    • Bonjour Véro!

      Merci pour ce charmant témoignage :)

      Ma première fille avait 12 mois lors de notre départ pour 11 mois de voyage: « elle ne s’en souviendra pas ». Effectivement, elle ne s’en souvient pas. Il n’y a que son apprentissage du langage qui pouvait trahir son passage en Australie… Mais sur le moment, elle a eu du plaisir, elle a découvert des choses, elle a expérimenté, elle a vécu, et notre lien d’attachement a été renforcé, notre rythme familial a été positivement affecté, notre débrouillardise a été mise à l’épreuve. Il n’y a pas que les souvenirs qui comptent à cet âge. Ils vivent dans le présent, pourquoi ne pas en faire autant?

      Je vous souhaite ce voyage au long court, c’est tellement une façon agréable de voyager!

  6. Bonjour,

    très bel article, je suis bien d’accord avec toi. Cette phrase je l’ai entendu aussi pour la naissance de notre fille : « Alors terminé les voyages ! ». Et bien non !

    Certes on voyage différemment parce qu’on change mais aussi « pour les enfants », et pas « à cause d’eux » !

    Selon moi, on voyage d’une certaine façon quand on voyage seul, différemment quand on est en couple et forcément avec deux enfants c’est encore autre chose. Nous composons avec les personnes avec qui nous voyageons, nous nous adaptons à leurs rythmes, on fait des concessions. Avec les enfants c’est pareil.

    Bonne journée

  7. Des billets comme le tien, il en faudrait encore un paquet pour que Mr et Mme Toutlemonde cessent de croire que la vie et donc les voyages s’arrêtent quand on a des enfants! Combien de fois ai-je entendu cette phrase. Pire encore, combien de fois ai-je dû me justifier de partir avec mon bébé sous prétexte qu’elle ne se souviendra de rien voire même que je la mettais en danger! Merci pour cet article sincère et très bien écrit. Je suis moi aussi une maman qui voyage avec ma petite puce agée de 2 ans maintenant et je n’ai pas l’intention de m’arrêter ! Au plaisir de lire ton blog. Olga et Loulou

    (poussettebiberonetsacados.wordpress.com)

    • Bonjour Olga et bonjour Loulou!

      Mais je suis prêt à en écrire encore un paquet de billets comme celui-là s’il le faut ;)

      Bien des gens pensent que la vie s’arrête quand on a des enfants, qu’elle doit forcément devenir compliquée, bourrée de sacrifices terribles, de fatigue et de responsabilités désagréables… alors si, à ces gens, on parle de partie en voyage avec ces mômes, imagine!

      Continue de bien voyager avec ta puce et au plaisir de peut-être vous croiser sur les routes un jour :)

  8. Je n’ai pas eu la remarque sur les voyages mais sur mon quotidien!! Ma famille est partie au Senegal pour vivre quand j’avais 2 ans, alors cela n’effraie personne chez moi! ;-) par contre nous allions tous les Week Ends en montagne, et là j’avoue que j’ai moi même eu des craintes avec l’arrivee des enfants… Et bien non, je cherche toutes les petites randos sympa et je découvre toujours les beautés qui m’entourent! C’est un plaisirsupplémentaire de les voir profiter!

    • Bonjour Virginie et merci pour ton commentaire :)

      Alors, les voyages n’apparaissaient pas stressants, mais les weekends en montagnes ont généré certaines craintes? Je suis certaine que maintnant que l’expérience y est, les randos en montagne n’ont plus de secret pour toi et les enfants ;)

  9. C’est difficile de voyager quand on a une famille avec les enfants …Les sorties sont Ok mais les voyages de plus de 10 jours semblent compliqués pour moi…

    • Je crois que tout est une question d’habitude, de façon dont on vit à la maison aussi. Ya un peu de pratique là-dedans, aussi! On commence avec ce qui nous met à l’aise et ensuite, on établit chacun nos limites et nos défis en parallèle avec nos valeurs et nos rêves ;)

      Premier voyage avec bébé ici a duré 11 mois. Mais certaines sorties dans le quartier ont paru plus compliquées que certains voyages plus longs, hihi!

    • Bonjour et bienvenue sur le blogue!

      Ce sera certainement une expérience formidable. Nous avons habité en Australie avec notre première fille (et la deuxième y a été conçue ;) ). Nous repartons dans quelques mois nous installer temporairement en Asie, avec les trois enfants cette fois.

      En attendant, de petits séjours dans la province nous comblent de bonheur.

      Je vous souhaite un merveilleux périple familial. J’irai voir votre blog!

  10. Pingback: Voyager avec un enfant qui ne s'en souviendra même pas?

  11. J’ai toujours voyagé seule avec mes quatre enfants, sur de grandes grandes vacances et puis l’école à la maison,ou en combi, ça existe!!Bon courage à tous ceux qui se créent leur mode de vie..

    • « qui se créent leur mode de vie.. »

      Voilà! Qui se créé leur mode de vie = j’adore la formulation.

      Merci pour votre commentaire :)

  12. Un très beau billet … Tout est question de choix, bien souvent l’humain se créé des besoins pour se rassurer… Je suis d’accord avec tes derniers mots, l’enfant est chez lui quand il est avec ses parents! Et quoi de plus épanouissant que de découvrir le monde ainsi… ;-)
    Carla a récemment publié… la Zélande

    • Merci pour ce commentaire Clara :)

      Il est si facile de se créer des besoins, tout nous y porte, alors que vivre simplement permet de voyager simplement et de retourner à l’essentiel: le contact humain, familial.

  13. Pingback: Faut-il voyager loin avec ses enfants?

  14. Merci pour ce partage de ton expérience , comme quoi tout est possible dès lors que l’on s’en donne les moyens et que l’on suit son instinct… J’ai trouvé par ailleurs ta réflexion comme quoi nos envies changent au fil du temps, avec ou sans enfants, très intéressante.
    En ce qui me concerne je ne suis pas sûre de vouloir des enfants, pour plein de raisons mais clairement le fait d’être moins flexible pour vadrouiller en fait partie… J’adore voyager seule (y compris sur des périodes de plusieurs semaines), j’adore voyager en couple, et je ne suis pas sûre pour le moment de vouloir renoncer à cela au profit du voyage en famille, même si je conçois parfaitement que ce type de voyage apporte lui aussi beaucoup de bonheur et de joie. Enfin, en tout cas ton témoignage est intéressante, et apporte un peu d’eau au moulin de mes réflexions, donc merci ;-)
    Aurélie a récemment publié… Vivre à Saint Denis de la Réunion

    • Bonjour Aurélie, j’ai longtemps pas voulu d’enfants pour ces mêmes raisons. On change d’idée ou pas, toutes les réponses sont bonnes. La seule chose que je pense férocement, c’est que le désir d’enfant (ou le non-désir) ne devrait être rattaché qu’à une seule chose : le désir (ou pas) d’enfants. La vie le travail, les voyages, les envies, etc. s’organisent autour de ce choix ensuite (et non l’inverse – mon avis bien humble). Le temps passe, les envies changent, les valeurs aussi. L’arrivée d’un enfant change tout et rien à la fois. L’important, c’est que si on fait des enfants, c’est parce qu’on est prêts (quoique on n’est jamais parfaitement prêt je crois aha!).

      Je ne voyage pas seule (par adon plus qu’autre chose), mais j’ai toujours voyagé en couple. Vécu en couple. Maintenant, on est un couple avec enfants, mais encore un couple. Les enfants vieillissent (plus vite que les années passent on dirait parfois) et les possibilités s’élargissent. Je suis la voyageuse qui ne planifie rien, qui n’aime pas les plans, qui aime les changements d’idées soudains et ça, ça ne change pas avec les enfants.

      Je te suggère d’aller lire l’article de Eve, si tu ne l’as pas déjà fait. Elle ne voyage pas tout à fait de la même façon que toi je crois, mais elle est maman, voyage en famille, en couple, et seule : http://nosracinesur4continents.com/2015/11/30/le-refus-de-choisir-dune-maman-voyageuse/

  15. Pingback: Concours Voyager avec des enfants! ⋆ La Grande Déroute

  16. Pingback: Top 5 des articles les plus lus en 2016 et autres infos futiles ⋆ La Grande Déroute

  17. Je me retrouve totalement dans ce que tu racontes et nous faisons pareil. On fait des choix mais finalement pas vraiment des sacrifices car on choisit ce qu’on aime : voyager simplement et tant pis pour l’épargne, tant pis pour la carrière ! Aussi, se poser davantage en voyageant ça fait du bien en effet… Je pense même qu’on devrait ralentir encore plus. C’est pas si simple en fait. Vous allez faire quels types de boulot sur les routes ? Pour moi c’est essentiellement du rédactionnel web, du conseil, des photos… Ce serait chouette de se croiser un jour !
    Maman Voyage a récemment publié… Pensées juste avant le départ

    • Monsieur a une compagnie dans le domaine des jeux vidéo, il est développeur. Il peut donc travailler à distance (ce qu’il fait déjà ici). Moi, je suis rédactrice professionnelle et réviseure linguistique. Je travaille aussi à distance pour mes clients. ;)

      Et ce serait TRÈS chouetten de se croiser un jour, oh oui!

  18. Quel bel article! Je partage tellement votre avis, c’est à la naissance de mon premier enfant que j’ai crée My Nomad Family!
    Vos voyages sont enchanteurs et les enfants ont tant besoin de faire des découvertes, de changer d’air. Bravo!

  19. Mimi_pompon on

    Et bien moi je continue à voyager avec les enfants (5 et 2,5 ans), mais franchement cest complique !
    Il n’y a que chez moi que ça râle parce qu’il faut marcher, qu’il est difficile de prendre un café parce qu’elles ont la bougeotte, difficile de visiter quoi que ce soit pour les mêmes raisons, difficile de prendre voiture/car/bateau parce qu’elles sont malades ?
    Bon je le fais quand même parce que j’y tiens, mais J’avoue que ça m’ote beaucoup de plaisir !

    • Je pense qu’en voyage ou non, ce sont des choses que nous vivons tous et toutes… Adaptation, patience, pratique. Je vous félicite de continuer malgré tout, plus ça ira, mieux ce sera :)

  20. Allo je suis contente que tu t’amuse pareille
    Avec les enfants. Je suis comme toi j’aime voyager même avec les enfants sa fais toute une autre tournure c est comme une aventure on s’attend toujours a l’imprévu et des défis a relevé moi de mon côté j’adore ca.
    C’est sur coté budget il faut faire attention ;)

    • Les imprévus et les défis : effectivement, ça les multiplie déjà dans la vie de tous les jours, alors en voyage… mais oui, on s’amuse! Conteinue à t’amuser toi aussi :)

Leave A Reply

CommentLuv badge
1K Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez