Tekapo, Pukaki, Aoraki…

6
La toponymie de la Nouvelle-Zélande m’émeut presque : Tekapo, Pukaki, Aoraki… Les paysages, bien que jolis, ne m’ont pas encore convaincue que je suis bel et bien toute en chaire, d’une réalité voyageuse, dans ce pays qui fait tant rêver, mais chaque nom rencontré allume une petite flamme en moi. Tekapo, Pukaki, Aoraki… Juste le nom me donne envie d’y mettre les pieds. Leur sonorité me confirme que je suis « ailleurs ».

citation voyage

En route vers le Mont Cook

La veille, on a fini par décider, juste avant de se coucher, qu’on se rendrait au Mont Cook, en passant par Lake Tekapo et Lake Pukaki, puis qu’on reviendrait à Fairlie pour une deuxième nuit, avant de quitter pour « on ne sait où encore ». Excellent plan.

Fairlie Mont Cook, Nouvelle-Zélande

Après une nuit efficace et agréable, nous prenons la route vers le Mont Cook.

en route vers le Mont Cook

Lake Tekapo

Petit arrêt au Lake Tekapo, qui nous semble bien beau, mais le soleil n’est pas au rendez-vous. On y retournera le lendemain. Je vous garde les photos pour le prochain article…

Lake Pukaki, mont cook, Nouvelle-Zélande

Lake Pukaki

Lake Pukaki, le plus large des trois lacs alpins parallèles du bassin de Mackenzie, que l’on frôle au moment de tourner sur la seule route qui nous rendra au Mont Cook et qui nous fera longer la rive ouest du célèbre lac. Long de 27 kilomètres pour 8 de large, sa couleur, d’un turquoise impressionnant (à condition que le soleil soit au rendez-vous) est due à la poussière de roche en suspension dans les eaux, provenant des glaciers, qui est réfléchie par le soleil. On dit que c’est un des plus beau lac de Nouvelle-Zélande. La vision qu’il offre est magnifique, avec le Mont Cook en arrière plan.

Lac Pukaki, Nouvelle-Zélande

Lac Pukaki, Nouvelle-Zélande

On aurait bien aimé y manger, mais il ventait beaucoup trop pour notre petit brûleur. On se contentera d’un changement de couche. Parce que le voyage avec bébé a ça de glamour : changer des couches sur des capots sur fond de carte postale.

Lac Pukaki, Nouvelle-Zélande

L’auto-stoppeur japonais

Au tournant de la route : un autostoppeur. Malheureusement, avec le siège de bébé, la voiture, petite et plutôt chargée, nous poursuivons notre route ne croyant pas pouvoir le faire monter. Mais le remord s’installe. On se met à se remémorer notre escapade européenne, les dizaines, voire centaines de véhicules qui se sont arrêtés pour nous.

Tu te souviens de cette mamie belge qui nous a pris dans nos débuts? Oh! Et ce couple d’Allemands qui roulaient à toute allure, la musique techno à tue-tête? Il y avait aussi ce couple en plein déménagement qui nous ont gardés à dormir au travers des boîtes. Puis, ce camionneur végétarien qui voyageait avec sa petite fille? Et tu te souviens cette fois où personne ne nous prenait, c’était en Autriche, on a même dû installer la tente une seconde nuit cette fois-là.

Bon, ça va! Demi-tour. Comme nos sacs sont restés à la tente, avec un peu d’imagination et en laissant tomber le concept d’espace vital, on a bon espoir qu’on réussira à voir à ce qu’il puisse respirer à son aise.

autostoppeur Nouvelle-Zélande

Il vit au Japon et c’est son premier voyage à l’étranger. Il voyage seul, ne parle que très peu anglais.  Étudiant en quelque chose semble-t-il. Je n’ai jamais vraiment saisi son nom. Rapidement devenu grand ami de M. (ils se comprennent au moins). Cette dernière est aux anges d’avoir un complice derrière avec elle.

Et pour le reste, la route reste toujours un plaisir pour les yeux…route vers le Mont Cook, Nouvelle-Zélande

Puis, une fois arrivée au Parc du Mont Cook, on se fait une petite bouffe rapide, notre pouceux étant bien sûr invité. Comme il ne savait pas dire non, il a bien été obligé de goûter à notre gastronomie.

Mon cook, Nouvelle-Zélande Mon cook, Nouvelle-Zélande

Petite randonnée vers le Mont Cook

Après cet agréable repas, nous avons j’ai eu la brillante idée de choisir une courte randonnée pram-suitable selon mon petit guide des randonnées prams and wheelchairs suitable (oui, oui! un tel guide existe!). Une petite boucle de 20 minutes à peine, pourquoi pas?

Je ne sais pas si c’est parce qu’on manqué un tournant quelque part ou si on s’est engagé d’emblée dans la mauvaise voie, mais la petite promenade sympathique aux poussettes s’est manifestement transformée en parcours du combattant. On s’est retrouvé à faire la Kea Point, pas vraiment pram-suitable.  En fait, elle pourrait l’être, mais avec une poussette tout-terrain, et encore (ou un porte-bébé physiologique ou de randonnée, ce que nous n’avions pas sous la main). M’enfin. Simon usant de persévérance, de persuasion et probablement d’un peu d’orgueil, a décidé qu’on terminait le parcours.

3 heures plus tard, nous étions revenus. (Entendons-nous, pour des gens normaux, la randonnée est somme toute courte et facile, et prend environ 1 à 2 heures aller-retour à partir du village.) 2 bouts de pneu en moins. Pas si mal! Nous avions vu le Mont Cook d’une tout autre perspective, et surtout, on s’est rendus au bout! La poussette n’a pas survécu.

rando au mont cook, Nouvelle-Zélande

rando au mont cook, Nouvelle-Zélande

rando au mont cook, Nouvelle-Zélande rando au mont cook, Nouvelle-Zélande rando au mont cook, Nouvelle-Zélande rando au mont cook, Nouvelle-Zélande

Le trajet nous mène au Kea Point, d’où nous pouvons apprécier la vue sur le Mont Cook, posté de façon imposante à une dizaine de kilomètres de là, et poser un regard sur le Mueller Glacier, long de 13 kilomètres.
3 heures plus tard, nous étions revenus. (Entendons-nous, pour des gens normaux, la randonnée est somme toute courte et facile, et prend environ 1 à 2 heures aller-retour à partir du village.) 2 bouts de pneu en moins. Pas si mal! Nous avions vu le Mont Cook d'une tout autre perspective, et surtout, on s'est rendus au bout! 3 heures plus tard, nous étions revenus. (Entendons-nous, pour des gens normaux, la randonnée est somme toute courte et facile, et prend environ 1 à 2 heures aller-retour à partir du village.) 2 bouts de pneu en moins. Pas si mal! Nous avions vu le Mont Cook d'une tout autre perspective, et surtout, on s'est rendus au bout!Le Mont Cook, point culminant de la Nouvelle-Zélande, s’élève à 3 724 mètres, sied en plein coeur du Aoraki/Mount Cook National Park, et fait partie des Alpes du Sud. La double toponymie a été mise en place en 1998, mais l’Aoraki/Mount Cook est le seul endroit de Nouvelle-Zélande où le nom maori se place en tête. Pour s’y rendre, on emprunte Mount Cook Road pour se rendre au Mount Cook Village, à la fois camp de base d’où partent les expéditions pour l’ascencion d’Aoraki, et village touristique.

Demain, on poursuit notre route vers :Nouvelle-Zélande: Tekapo, Pukaki, Moeraki


Envie d’en savoir un peu plus sur l’organisation d’une visite au Mont Cook? Je vous suggère un petit détour sur Kiwipal qui vous offrira toutes les réponses aux questions que vous vous posez (ou presque!).

 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, étudiante à perpète, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Voyages, linguistique et périnatalité teintent mon quotidien.

6 commentaires

  1. oh my GOOOD !!!! Vous etes au paradi!!!!!!!! C’est TROP BEAU et les nuages tah !! ça mprends une vidéo avec ça ;) :P !!!! !! merci x10000000 ++ de nous faire vivre vos aventures !!!!!!!! <3 Les montagnes détonnent !! on dirait presqu'elles ont été découpé et collé dans le paysage XD C'Est vraiment hallucinant comme paysage :O :D !!! *OO*
    Hey !! XD au moins votre pouceux avait pas l'air d'un gars sortie de prison perdu dans le nul part XD ça aide au choix à prendre malgré tout et c'Est vrai que Maeva avait l'air de bien s'entendre sur la pic ^__^ :P :)

  2. Pingback: Tekapo, Pukaki, Oamaru, Moeraki

  3. Pingback: Première journée en Nouvelle-Zélande

  4. Pingback: Quoi faire à Pattaya en famille? ⋆ La Grande Déroute

  5. Pingback: Roadtrip en Nouvelle-Zélande: petite rétrospective

Leave A Reply

CommentLuv badge