10 façons de traverser l’outback australien

0

De plus en plus de voyageurs en Australie osent délaisser la côte pour s’enfoncer dans les terres arides de l’Outback. Vous aimeriez vous aussi traverser le continent (peu importe l’angle), mais n’avez pas encore choisi la façon? Voici un tour des différentes façons de traverser le continent australien.

10 façons originales de traverser l’outback australien

D’abord, il vous faudra choisir l’angle. Vous avez le choix, grosso modo, entre la verticale (nord-sud/sud-nord) ou l’horizontal (est-ouest/ouest-est). Pour une question de commodité, intéressons-nous d’abord au plan le plus populaire, soit nord-sud/sud-nord. Nous reviendrons sur l’axe est-ouest un jour.

Donc, vous avez le choix entre traverser l’Australie du nord au sud ou du sud au nord. L’ordre choisi ne change pas grand chose et dépend certainement plus de votre situation au départ et de vos projets pour la suite. Je trouve personnellement la progression des paysages très intéressante lorsque l’on débute par le sud.

On délimite généralement cette route à la distance séparant Adelaïde de Darwin et vice versa. Toutefois, il est important de préciser que le trajet comprend généralement aussi le crochet nécessaire (de plusieurs centaines de kilomètres, entendons-nous) à l’ouest d’Alice Springs pour se rendre à Uluru, Kata Tjuta et Kings Canyon, et parfois aussi la boucle à l’est de Darwin pour la visite du Kakadu National Park. Pour le reste, c’est essentiellement une ligne droite à quelques déviations près. Dans notre cas, nous étions partis de Melbourne.

Bon, maintenant que vous avez une idée de l’axe sur lequel vous vous enfoncerez puis ressorterez de cette immensité rouge et aride, il est temps de choisir votre moyen de locomotion!

1. Voiture + Hébergement

Traverser l’outback en voiture est relativement facile, du moment que vous aimez conduire sur de (très) longues distances et que vous ne planifiez pas vous éloignez des chemins balisés.

De nombreuses compagnies de location de voiture existent en Australie, et plusieurs offrent le service aller simple qui vous permet de louer à un endroit et de laisser la voiture à votre point d’arrivée. Utile si vous désirez traverser le continent dans un sens, sans devoir refaire la route en sens inverse (quoique si vous avez le temps, je vous assure que vous y trouverez votre compte).

Sachez que certaines compagnies peuvent demander une couverture d’assurance supplémentaire pour l’intérieur des terres. Dans tous les cas, l’inscription à un service de dépannage est une jolie idée. Si vous êtes en Australie pour longtemps, il pourrait être intéressant d’aller voir du côté des assureurs comme le RACV (Victoria) ou le RACQ (Queensland). Chaque état offre son propre service, mais couvre à l’échelle nationale.

J’ai testé le RACV qui offre un excellent service, même au milieu de nulle part. (Et quand je dis au milieu de nulle part, c’est VRAIMENT au milieu de nulle part.)

La voiture vous permet de vous arrêter quand bon vous semble, ce qui peut être utile, parce que l’outback, c’est bien plus que des longs tronçons de route entre deux points d’intérêts : des surprises vous attendent en chemin.

Toutefois, les offres d’hébergement sont plutôt limitées, quoique suffisantes. De plus, vous aurez essentiellement à vous nourrir dans les restaurants, casse-croûtes et petits commerces (rares sur certains tronçons) sur la route.

Dans tous les cas, je vous suggère fortement de :

  • louer une voiture avec air climatisé;
  • emporter une bonne réserve d’eau et des collations;
  • prévoir au moins 2 conducteurs pour éviter la trop grande fatigue entre deux points de chutes éloignés;
  • faire le plein chaque fois que vous le pouvez, même si l’indicateur d’essence ne crie pas famine, juste au cas.

2. Voiture + Camping

Je parle ici de camping dans une tente ou en roulotte. Même principe que le premier scénario en ce qui concerne la voiture, mais le camping rajoute une petite touche d’expérience nature et un peu plus de flexibilité. Par contre, elle nécessite un bon équipement de camping et suffisamment d’espace dans la voiture pour stocker tout le matériel, en plus des réserves d’eau et de nourriture. 

Il est  possible de camper pratiquement dans toutes les localités croisées, petites ou grandes (plus souvent petites que grandes, soyons clairs). Quoique cela est à nuancer si vous planifiez faire du camping sauvage, car il n’est pas nécessairement évident de camper n’importe où même si vous passerez la majorité de votre temps dans le désert.

Pensez aussi aux températures qui peuvent grandement varier entre la nuit et le jour selon la saison et aux bêtes qui pourraient venir vous visiter.

3. Véhicule récréatif : Campervan, Camping car, Motorhome

outback motorhome

Je rassemble tous les véhicule du genre dans une même catégorie, car ils englobent grosso modo les mêmes avantages. Vous combinez votre solution d’hébergement avec votre moyen de transport.

Cette option vous offre une bonne liberté, vous permettant de vous arrêter où bon vous semble, de cuisiner, de vous installer pour la nuit, de repartir à votre guise, etc. En gros, plusieurs avantages!

D’un autre côté, il faut savoir que ces véhicules sont gourmands en essence (laquelle n’est pas donnée dans l’outback) et que la location d’un tel véhicule n’est pas ce qu’il y a de plus économique (quoique le calcul vaut la peine d’être fait… selon le nombre de voyageurs, la différence peut devenir insignifiante).

Plusieurs compagnies de location de véhicules récréatifs existent, la plupart permettant la location aller simple. La plupart demanderont une couverture d’assurance particulière dans l’outback.

4. 4X4

La plupart des routes secondaires de l’outback ne sont praticables qu’en 4X4. Un grand nombre de ces routes demandent aussi une autorisation de passage. Mais alors, là, c’est la liberté totale. Vous gagnez la possibilité de vous enfoncer dans les terres et d’être réellement seul au monde (quoique même sur la Stuart Highway, vous vous sentirez souvent ainsi).

Touteofois, cela demande une bonne connaissance de ce type de conduite, une certaine planification des déplacement, ainsi qu’un équipement adapté.

Dans tous les cas, cette option pourrait vous permettre d’explorer la célèbre Oodnadatta Track.

Si vous optez pour ce moyen de déplacement :

  • prévoyez un bon équipement;
  • planifiez vos déplacements;
  • emportez des réserves d’essence et de vivres si vous considérez vous éloignez considérablement.

5. Train

Le Ghan, opéré par Rail Australia, qui trace la route entre Adelaïde et Darwin sur 2979 km, en 3 jours (si on n’arrête pas), a été nommé ainsi en lien avec les chameliers afghans qui empruntaient cette route jadis.

La formule a de quoi intéresser si l’on considère que vous n’avez pas à vous casser la tête avec la conduite dans l’outback. Vous gagnez en confort et pouvez voyager léger. Il est possible de couper le trajet en deux à Alice Springs, d’où il vous sera possible de d’organiser vos excursions vers Uluru, Kata Tjuta et, pourquoi pas, Kings Canyon. Vous pouvez aussi prendre part à des excursions à Coober Pedy, Katherine Gorge, à Darwin et à Adelaïde.

D’un autre côté, vous ne pouvez pas vous arrêter quand bon vous semble et manquez ainsi tous les petits bleds perdus qui dessinent l’âme de l’outback. De plus, c’est une option plutôt coûteuse. Sachez aussi que le train ne s’arrête pas la nuit (ce qui peut être un avantage si vous êtes pressés) : vous manquez donc de longs tronçons (parce que non, le paysage n’est pas toujours monotone dans l’outback!).

Dans tous les cas, demandez-vous ce que vous désirez réellement trouver en traversant l’outback. Ce moyen de transport peut très bien convenir à certains types de voyageurs, alors qu’il en laissera d’autres sur leur faim.

Dans le Ghan, vous aurez le choix entre 4 niveaux de services et les prix varient selon le type de passager, la saison et le service choisi et varie de moins de 300 $ à plus de 3000 $.

  • Service platinum (une chambre d’hôtel sur rail, avec tout ce que ça implique côté services)
  • Service Gold (logement privé avec couchette compacte, services repas)
  • Service Red Sleeper (sièges jumeaux convertibles en couchette la nuit)
  • Service Red Day/Night Sleep (sièges inclinables).

6. Auto-stop

Ludovic Hubler et Jérémy Marie l’ont fait. Comme plusieurs autres d’ailleurs.

Mon avis perso : mieux vaut avoir une certaine expérience d’autostop, une bonne résistance aux mouches, du temps, beaucoup de temps, une excellente protection contre le soleil et une réserve d’eau plus qu’adéquate. Sinon, pourquoi pas? Si vous avez l’envie et que votre situation le permet, foncez! Sur cette route, la majorité de vos lifts risquent d’être d’autres touristes.

L’autostop combine la richesse d’une expérience humaine avec l’intensité d’une traversée de l’outback, en plus d’être un moyen terriblement économique.

Pensez toutefois, avant de vous lancer, aux conditions que vous devrez subir sur la route (et surtout, lors de vos attentes) : chaleur intense, sécheresse, rareté d’ombre et d’eau, mouches et fourmis voraces peut-être aussi…

Une traversée de l’outback demande, à mon avis, une certaine préparation matérielle (encore plus si vous la combinez au camping!) et un peu d’expérience en stop.

Pour vous inspirer : Thumbs up Australie : Hitchhiking the outback

7. Vélo

Vous êtes adepte du cyclotourisme? Traverser l’outback à vélo, c’est pas une petite balade du dimanche, mais ça se fait certainement.  Avantage : liberté totale! Nécessite une bonne endurance physique, du temps et une bonne planification. Attention à la chaleur, la déshydratation.

Plusieurs sites se consacrent à la question : Outback Cycling, Cycle Trails Australia, Cycling Outback (ce dernier se consacre toutefois à l’axe est-ouest)

Pour vous inspirer : SolidDream l’ont fait, en y rajoutant même une partie Kitebike : L’expérience Outback : longue route vers les tropiques Ces derniers exposent d’ailleurs assez bien le problème de l’eau : L’expérience Outback : quand l’eau vaut de l’or

8. Autobus

Il est possible de traverser l’outback en autobus. Plusieurs compagnies offrent des tours organisés

Avec l’autobus, vous pouvez vous laisser guider sans vous soucier de la conduite et de la planification des arrêts essence. Par contre, en ce qui concerne le confort et les coûts, c’est très variables d’une compagnie à l’autre. De plus, les arrêts sont plutôt rares et vous risquez de vous retrouver aux même endroits (les plus populaires) en même temps que tout le monde.

9. À la marche

Si vous avez beauuuuucoup de temps, de bons souliers, une excellente tolérance à la chaleur? Vous êtes bien équipé pour la marche et pour le campement et désirez traverser le continent d’une façon lente et naturelle? La marche est pour vous! (Mais honnêtement, je ne crois pas ici que le « vous » puisse englober énormément de personnes.) Mais si vous avez envie de faire une Sarah Marquis de vous et que c’est dans vos cordes, pourquoi pas?

Définitivement le moyen le plus économique/écologique de traverser l’outback, cette option n’est décidément pas accessible à tous. On s’entend ici, qu’on s’adresse aux randonneurs autonomes experts. Pensez à la chaleur intense, la sécheresse, les animaux, la rareté de l’ombre et de l’eau, aux extrêmes de températures, aux possibles tempêtes de sable. L’aventure appele à une préparation béton : un parle de milliers de kilomètres dans dans un environnement souvent hostile.

Ils semblent rares à l’avoir fait. Ces gars-là l’ont fait pour une bonne cause : From Sea to See: Walking from Adelaide to Darwin for vision impairment. Vous pouvez aussi surveiller la sortie prochain de L’aventurière des sables : 14 000 kilomètres à pied à travers les déserts australiens (Sarah Marquis, qui d’autre?)

10. Tours organisés

Il existe une offre variée de tours organisés de l’outback : en autobus, en vélo/camping, en vélo/autobus, auberges de jeunesse, camping sauvage, motocyclette, 4X4… Ils peuvent durer entre quelques jours et un mois et présentent différents niveaux de confort.

Il s’agit là de l’option la plus simple : tout est géré pour vous, il ne vous reste plus qu’à profiter! Par contre, cette simplicité se fait au détriment de la liberté et de l’autonomie et demande certainement un minimum de sociabilité.


Et l’avion dans tout ça?

Des vols partent régulièrement vers les principales attractions de l’outback. Avantages : facilité, rapidité. Désavantages : on manque l’essentiel de l’outback.

Néanmoins, c’est une bonne alternative si vous n’avez pas le temps de vous consacrer à la traversée du pays par un autre moyen de transport et que vous désirez découvrir seulement les principales attractions de l’outback

Sur place, vous pourrez faire la location d’un van, d’une voiture ou vous joindre à un groupe pour une excursions. Jetstar Airways dessert Adelaïde, Alice Springs et Darwin. Même chose pour Virgin Airways et Tiger Airways. Avec Qantas, il est aussi possible d’atterrir directement à Uluru. Mais là, on sort un peu du cadre de cet article, puisqu’il n’est plus question de TRAVERSER l’outback!

Et plus encore… hélicoptère, mongolfière, alouette!

Diverses opportunités existent à l’intérieur des terres: des tours d’hélicoptère, de mongolfière, 4X4.. Mais comme je le disais, nous ne parlons plus ici de TRAVERSER l’outback. Ces options restent intéressantes pour quiconque n’a pas le temps/le désir de faire la route en entier, ou pour agrémenter sa traversée/se diriger ailleurs une fois celle-ci terminée.


Voilà! Je ne suppose pas que cette liste soit complète. Il y a bien d’autres façons de traverser l’outback. Je reviendrai dans un autre article sur l’axe est-ouest/ouest-est.

Vous pourriez aussi aimer :

Et vous, comment avez-vous traversé le continent australien? Ou comment rêveriez-vous de le faire?

 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, étudiante à perpète, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Voyages, linguistique et périnatalité teintent mon quotidien.

Leave A Reply

CommentLuv badge