Comment avons-nous financé 6 mois de voyage en famille?

7
Dans un billet précédent, je vous exposais sans grande retenue le bilan financier de notre dernier voyage. Mais ce bilan ne pourrait être ni complet ni à notre image sans quelques explications ou sans prendre en considération notre réalité financière et professionnelle…

Je vous ai déjà dit que ce voyage avait coûté 24 206 $.

Mais j’ai menti.

Je vais donc, cette fois, tenter de vous expliquer :

  1. pourquoi ce voyage a, en réalité, coûté 35 606 $;
  2. et pourquoi, dans les faits, il nous a à peine coûté 9 000 $.

Coût total de ce voyage de 6 mois en Asie

Je vous disais dans mon bilan financier global que ce voyage en Asie, toute dépense directe prise en compte, nous avait coûté, au total, 24 206 $. Ce montant inclut, je le répète, tout ce qui est lié au voyage directement :

  • Matériel
  • Renouvellement de passeports
  • Visas
  • Billets d’avion
  • Autres préparatifs
  • Hébergement
  • Nourriture
  • Transport
  • Activités
  • Autres dépenses quotidiennes sur place

Mais ce montant exclut ce qu’il faut continuer d’assumer « à la maison » quand on choisit, comme nous, de ne pas tout plaquer avant de quitter.


Rajoutez : les dépenses liées à « la vie ici »

Donc, ce montant exclut tout ce qui n’avait aucun lien avec le voyage, mais que nous devions continuer à payer :

  • le loyer*;
  • les comptes;
  • les paiements de voiture**;
  • le paiement de la gigantesque la dette étudiante qui n’en a rien à cirer qu’on s’alimente de nasi goreng sous les palmiers;
  • les sous qu’on met de côté chaque mois pour les études des enfants;
  • les assurances-vie, assurance-auto, et assurances-habitation;
  • alouette!

En gros, la maison et tout ce qu’elle implique nous revient à 1 250 $/mois. Ce montant inclut le loyer mensuel (loyer, entretien), tous les comptes )électrocité, Internet, téléphone) et les assurances (habitation, responsabilité civile).
La voiture, quant à elle, nous gobe, pour le moment, dans les environs de 350 $/mois. Ce montant inclut les paiements à la quinzaine, l’assurance-auto, permis de conduire, immatriculations.
Rajoutons à ça, le paiement des dettes d’études et les économies pour le fonds d’étude des enfants et autres babioles dont les paiements sont réguliers, le total s’élève à environ 300 $/mois.

1250 $ + 350 $ + 300 $ = 1 900 $

Ainsi, au total, notre vie « ici » allait continuer de nous coûter environ 1 900 $/mois.

1 900 $ X 6 mois = 11 400 $ d’ « ici » en plus à assumer les pieds dans le sable… ouf!

24 206 $ (voyage) + 11 400 $ (vie ici) = 35 606 $

Ces 6 mois de voyage nous ont coûté, en réalité, 35 606 $.


Diminuer les dépenses « d’ici »

*Nous avons donc choisi, pour la quatrième fois, d’opter pour la sous-location de notre humble demeure. Cette fois-ci, nous l’avons sous-loué à perte durant seulement 5 mois sur 6 en échange de la tranquilité d’esprit (des sous-locataires en or). Nous avons aussi louée notre voiture à une amie, encore une fois, à perte, mais en toute confiance.

4000 $ de moins sur la facture de ces 6 mois, ce n’est pas rien.

11 400 $ – 4 900 $ = 6 500 $

Il restait donc « juste » 6 500 $ à assumer, en plus des dépenses courantes en voyage.

24 206 $ (voyage + vie sur place) + 6 500 $ (ici) = 30 706 $

Ces 6 mois de voyage nous ont donc, réellement (pour vrai de vrai) coûté 30 706 $

Soustrayons les 9725 $ de dépenses « autour du voyage » que nous avions choisi d’assumer à l’aide des nos économies réalisées au courant des deux dernières années, la location de la maison et la sous-location de la voiture…

Il restait alors environ 21 000 $ à assumer sur 6 mois.

Ce montant qui couvre les dépenses quotidiennes en voyage et les charges « à la maison » et représente presqu’exactement la moitié de notre salaire familial annuel (voilà, vous savez tout).

Théoriquement, moitié de salaire annuel + moitié d’année = faisabilité… à condition que le dit salaire continue de rentrer!


Entrées d’argent durant le voyage

Monsieur a donc travaillé temps plein (ce n’était pas un sacrifice, mais bien le but du voyage). Comme nous avons organisé notre vie « ici » pour que le salaire de monsieur nous suffise dans le pire des cas, théoriquement, il devait être, en plus du mien, suffisant pour « là-bas ».

Pour ma part, j’ai subi une perte de salaire, puisqu’un de mes métiers ne se transporte pas et que je ne pouvais pas m’adonner autant qu’à l’habitude à celui qui est mobile : je devais m’occuper des enfants à temps plein, gérer l’école de l’aînée, etc.

En contrepartie, il faut aussi prendre en compte tout ce qui aurait constitué une dépense si nous étions restés à la maison :

  • bottes et habits de neige X3 enfants ;
  • bottes et habits de printemps X3;
  • service de garde scolaire pour l’aînée, garderie temps partiel pour les deux plus petits;
  • changements de pneus (hiver/été), entretien de la voiture;
  • forfait cellulaire, Internet affaires;
  • activités sportives des enfants, abonnement à l’escalade pour monsieur;
  • bien des sorties entre amis;
  • un p’tit rosé par-ci, un p’tit ciné par là;
  • vacances de la relâche, roadtrip estival, visite de la famille en Abitibi;
  • etc.

Mine de rien, en restant à la maison, ces dépenses auraient représenté une bonne petite somme pas négligeable du tout, et compensent la diminution temporaire de mes revenus ainsi que l’augmentation temporaire des nuitées (voir prochain section).


Vivre ici ou vivre là-bas : quelle différence sur le budget quotidien?

Tout ça sans oublier ce qui a été dépensé durant le voyage, mais qu’il l’aurait été quand même à la maison :

  • épicerie/nourriture;
  • transports en commun/essence;
  • sorties/activités;
  • dépenses sporadiques;
  • logements (la portion non couverte par la sous-location);
  • etc.

-> Nourriture

La moyenne dépensée en nourriture par jour, en voyage, est de 26 $. Nous aurions dépensé autant sinon plus en restant à la maison. Ce montant inclut TOUT ce qui ressemble de près ou de loin à de la nourriture, à la maison, comme au resto et, soyons honnête, on s’est gâtés par moment!

À la maison, elle tourne dans les environs de 30 $/jour, si j’inclus les sorties occasionnelles au restaurant, le petit café rammassé en chemin ou la crème glacée du samedi après-midi. Overall, nous nourrir nous coûte un peu plus cher à Québec qu’en Asie.

-> Transports

Nous avons calculé que les dépenses moyennes mensuelles pour le transport (essence, transports en commun, lave-glace, etc.) représentaient à peu de choses près les mêmes à Québec qu’en Asie.

-> Activités

C’est un peu la même histoire pour le budget activités. Une moyenne de 175 $ par mois. Au Québec, multipliez par 6 ce montant, et vous avez payé nos vacances d’une semaine au Lac-Saint-Jean, quelques sorties au cinéma, un aller-retour en Abitibi, quelques soirées par-ci par-là (parce que oui, on fait aussi des choses quand on n’est pas en voyage…). On considère donc que sur le plan des activités, les dépenses reviennent sensiblement au même elles aussi.

-> Hébergement

En voyage, l’hébergement nous a coûté en moyenne 37$/nuit. À Québec, le loyer et les frais reliés à la maison nous reviennent environ à 42 $/nuit. La sous-location absorbait 27 $ de ce montant, n’en restait donc que 15 $ à assumer. Au final, environ 10 $ de plus à assumer par nuit qu’en temps normal (37 $ + 15 $ = 52 $ au lieu de 42 $).

Grosso modo, le day-to-day « ici » et le day-to-day « en Asie » sont revenus sensiblement au même.

À voir l’état de nos comptes en banque pendant qu’on était là-bas, j’aurais même envie de dire que nous dépensions moins qu’ici. Cela ne paraît pas dans les présents calculs, mais j’expliquerais le phénomène par le fait que les dépenses là-bas étaient bien identifiées et catégorisées (toujours les mêmes postes de dépenses, plutôt stables), alors qu’ici, les dépenses sont plus variées et moins prévisibles pour certaines.

Voyage en Asie en famille : budget


Comment avons-nous planifié ce budget?

Le but ultime était :

  1. d’économiser que ce qu’il nous en coûterait pour partir en voyage;
  2. et d’assumer la vie sur place comme on le ferait ici.

C’est à dire que les dépenses liées au voyage (billets d’avion, visas, assurances, matériel, etc.) allaient être couvertes par nos économies (9 000 $) et que le reste (hébergement, déplacements, nourriture, activités, dépenses courantes, en plus des charges rattachées « à la maison ») allaient devoir être couvertes par notre salaire.

Le baromètre allait être l’état de notre compte en banque durant le voyage : s’il ne criait pas famine, c’est qu’on arrivait à vivre à peu de choses près – et exception faite des dépenses « pré-voyage » – avec les mêmes ressources financières en Asie qu’au Québec. De l’argent qui aurait été dépensée quand même. On mange ici, on mange là-bas, quoi.

Malgré tout, on a voulu estimer le budget disponible pour mieux le gérer une fois là-bas, un « tant qu’à » est si vite arrivé…

Calcul du budget disponible et limites imaginaires

Nous avons donc calculé environ combien d’argent, toutes sources de revenus confondues, allait rentrer durant notre absence, puis avons déduit de ce montant les dépenses relatives à « notre vie à Québec ». Ce qui restait a été divisé en 178 jours. On a ensuite décidé de viser un maximum 75 $/jour, sauf pour le mois à Taïwan où on s’est imaginé une limite d’environ 100 $/jour. Pour les 3 semaines où l’amie allait venir nous rejoindre à Bali, on a aussi augmenté le budget à 100 $/jour. Si on respectait ça, on pensait pouvoir revenir le compteur à 0, mais pas dans le rouge.

Prévisions versus réalité

Prévisions :

  • Taïwan : 100 $/jour
  • Thaïlande : 75 $/jour
  • Malaisie : 75 $/jour
  • Bali : 75 $/jour (et 100 $/jour durant les 3 semaines avec l’amie), donc 84 $ pour les besoins de l’exercice.

Réalité :

Voyage en Asie en famille : budget

Le retour d’impôt allait rentrer en plein milieu du voyage : on se disait que si on n’y arrivait pas, on pouvait compter sur celui-ci pour éponger nos écartades. Nous n’y avons pas touché; il est, à ce jour, encore intact dans notre compte.

Au final, ce voyage nous aura coûté 9 725 $ de plus que si nous n’étions pas partis.


Sur Pinterest?
Comment avons-nous financé 6 ois de voyage en famille?

Pour voir les budgets détaillés par pays :

Des questions? N’hésitez pas à les poser en commentaires ou à m’écrire!

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

7 commentaires

  1. C’est exactement comme ça que nous réfléchissons pour notre propre voyage à venir. Je trouve ton article vraiment très intéressant ! Merci pour tous ses calculs fastidieux mais tellement éclairants :)

    • Bonjour Camille!

      Bienvenue sur le blog :) Et merci pour ton commentaire : contente de voir que ça peut aider quelqu’un. Si tu as des questions spécifiques, n’hésite pas! Bons préparatifs!

  2. Annaïck on

    Bonsoir Bianca
    Un énorme merci pour ces calculs !!! Nous nous sommes enfin décidé à bouger de notre petit caillou … Mais je t’avoue que financièrement on est en train de s’arracher les cheveux pour trouver une solution ? Encore merci

    • Merci pour ce retour Annaïck,

      Notre solution ne convient certes pas à tous, mais c’est une piste et une façon de montrer qu’il y a autant de façons de faire que de familles désirant voyager. Je suis certaine que vous trouverez la solution financière parfaite pour votre situation; je vous le souhaite du moins! L’échange de maison vous a-t-il traversé l’esprit?

      Bonne année!

  3. Pingback: Nos projets pour l'été 2017 commencent par la lettre A

  4. Très intéressant, j’aime toujours voir le retour des familles en voyage. J’en connais pas mal, de plus en plus, et je trouve que c’est une super initiative, une si belle expérience à vivre avec ses enfants. J’essaie de convaincre mes amis qui ont des enfants que oui c’est possible, mais c’est pas gagné par contre, ce n’est pas pour tout le monde, il faut avoir envie de se bouger de sa routine quand même :P
    Et c’est gérable l’école à distance? Je veux dire devoir soi même s’occuper de faire l’école, en plus de travailler (ne serait-ce que temps partiel à distance) ? Ça doit représenter un certain défi au jour le jour!
    Leslie a récemment publié… Chapka Assurance: Avis de voyageurs

    • Allo Leslie!

      Oui, c’est faisable, mais oui, tu as raison : il faut avoir envie de se bouger de sa routine ;) Bon, ici, ça va, on n’est pas trop « routine » en général. C’est toujours un peu à l’arrache et imprévisible, alors, ça ne change pas tant que ça de notre instabilité habituelle!

      L’école à la maison est tout à fait gérable. C’est un investissement en temps, en patience et en motivation, mais ça rapporte et ça prend, mine de rien, beaucoup moins de temps et de ressources qu’on ne peut l’imaginer. Je suis entourée de beaucoup de familles qui en font un mode de vie (pas en voyage, mais pour l’instruction en famille), ça a dû m’aider à voir cela comme étant possible.

      Travailler en même temps, ça j’avoue que ce n’était pas très évident. Et je travaillais TRÈS PEU. Papa travaillait temps plein et moi, je m’occupais des enfants, école comprise, temps plein. Juste tenir le blogue « presqu’à jour » n’était pas facile, mais bon. Ça, c’est en voyage comme à la maison, hein!

Leave A Reply

CommentLuv badge
37 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez