Browsing: Réflexions

Taïwan. Ce pays dont je ne connaissais rien au moment d’acheter les billets d’avion et dont je ne connais encore que trop peu de choses après y avoir passé un (tout petit) mois. Ce pays qui m’a vue arriver le coeur gros d’émotions négatives et partir la tête remplie d’un attachement inexplicable. Ce pays, aussi, qui nous a vus malades, frigorifiés, qui nous a vu galérer, changer d’idées, dessiner les traits incongrus d’un itinéraire gribouillé au fil des humeurs, des rencontres et des difficultés. Bref, de ce voyage à Taïwan, il m’est difficile de faire un portrait global. Je retournerai à Taïwan Avertissement…

La dernière fois que je vous écrivais, c’était pour vous raconter notre arrivée et nos débuts à Jomtien. J’ai bien l’intention de vous en reparler de Jomtien, mais pour le moment, le temps a continué de filer et nous voilà arrivés à Taïwan. J’aurais aimé vous écrire un billet de louanges, clamant mon excitation et mon adoration de l’endroit avec des «Oh! combien je suis subjuguée par la beauté du pays » et des « C’est le coup de foudre attachez-moi quelqu’un avant que je file demander mon permis de résidence à l’immigration. », mais je n’ai rien de tout…

Dernièrement, je suis tombée sur un article du (défunt?) blogue Autour des voyages, sur lequel Audrey, son autrice, se questionne : « Faut-il voyager loin avec ses enfants? ». Le sujet m’a évidemment interpellée de par sa référence aux voyages durant l’enfance, mais encore plus de par son angle qui aborde ce qu’elle appelle le capital émerveillement. Essentiellement, elle se questionne à savoir si voyager loin (elle parle de voyages à l’étranger, dans des endroits lointains, différents, et non d’escapades weekends en région, et à un âge où l’enfant en conservera des souvenirs clairs) ne pourrait-il pas consommer le capital…

On rêve à une destination, on y pense, on cherche comment concrétiser notre projet, on trouve (ou pas), l’on se lance (dans tous les cas), puis on attaque les préparatifs. Découragement fugace à l’approche d’un grand voyage Ah! Qu’il fait bon d’être enfin dans l’action, dans le vrai, dans le concret. Les passeports? OK! Les billets d’avion? Achetés! C’est maintenant vrai, on part, on ne peut plus reculer. C’est excitant! Et le temps passe, les étapes se succèdent. Assurances, matériel, visas. Prendre congé du travail, déléguer certaines tâches. Réfléchir à ce qu’on fera de la maison, de la voiture, du…

On sous-estime trop souvent la beauté des longues routes qualifiées d’ennuyeuses. De celles qui semblent n’avoir rien à offrir d’autre qu’un décor qui se répète inlassablement au gré des kilomètres trop nombreux. De celles dont on se dit qu’il faut les parcourir pas par plaisir, mais par nécessité. Après ce bout-là, on arrive. On y roule parce qu’il le faut, parce que la carte routière ne nous offre rien d’autre. Ces routes dont les kilomètres semblent plus longs que les autres et s’égrainent au ralenti. On arrive-tu, là? C’est plate. Des routes comme ça, il y en a beaucoup au Québec. Il…