Visiter les Batu Caves à partir de Kuala Lumpur

4
S’il y a bien un endroit que j’avais envie de découvrir en Malaisie, c’était bien les Batu Caves, près de Kuala Lumpur. Le survol sur Pinterest d’une photo de la grande statue veillant sur l’immense escalier qu’il faut gravir pour parvenir aux grottes avait été suffisante pour me convaincre. L’endroit semblait impressionnant et m’attirait terriblement.

Faut savoir qu’à la base, la Malaisie n’était que plus ou moins dans nos plans… Et, comme pour Taïwan, c’est une simple image sur Pinterest qui s’est incrustée dans mes pensées et ne les a plus quittées. Pour moi, ça a été celle de cette grosse statue imposante au pied d’un escalier sans fin s’enfonçant dans une grotte. Batu Caves. Le nom m’est resté.

Batu Caves, Malaisie

Visiter les Batu Caves à partir de Kuala Lumpur

Nous étions à Kuala Lumpur pour une semaine. Ça tombait bien : les Batu Caves, un ensemble de grottes où se trouve le plus grand sanctuaire hindou en dehors de l’Inde, sont situées à une dizaine de kilomètres à peine au nord de la ville et l’on peut s’y rendre rapidement et facilement.

Les enfants étaient un peu découragés à l’idée de visiter encooooore un escalier. Ils n’avaient pas oublié l’épisode récent du Wat Doi Suthep (Chiang Mai, Thaïlande) et ses 306 marches dont je vous jaserai bientôt.

Non, mais promis, il y a une grosse statue à voir… et une grotte… et.,, enfin, je ne sais pas trop ce qu’il y a d’autres à faire là-bas, y’aura sûrement des popsicles… mais on va s’éclater, promis!

Comme si les statues avaient été rares depuis le début du voyage! Quoiqu’en évoquant celle du Lotus Pond, à Taïwan, j’ai vu leurs yeux s’illuminer. Celle-là, ils l’avaient aimée. Bingo!

On mise là-dessus pour les motiver.

Ça, et les popsicles.

Se rendre aux Batu Caves à partir de Kuala Lumpur

J’avais de la difficulté à m’imaginer l’endroit si facilement accessible de la ville, mais c’est réellement un jeu d’enfant que de se rendre aux Batu Caves à partir de Kuala Lumpur! Rendez-vous à la station KL Sentral, puis de là, prenez le KTM Komuter vers Batu Caves… Le tour est joué : le train vous amène au pied des grottes en une vingtaine de minutes, pour quelques dollars à peine.

Batu Caves, Malaisie

La vue sur les Batu Caves à partir de la station de train.

Plus qu’une grosse statue

Les Batu Caves, c’est bien plus qu’une grosse statue et un escalier qui ne finit plus de finir, mais ça, je ne le savais pas avant d’arriver. Belle surprise! C’est en fait un ensemble de grottes naturelles renfoncées dans la paroi calcaire – 3 principales et plusieurs autres petites – transformées en sanctuaire dédié au dieu de la guerre.

On commence notre visite par le temple de Ramanaya, une grotte impressionnante où se trouvent des sculptures grand format représentant des scènes du Ramanaya. Tout au fond, il est possible de grimper les escaliers taillés dans la pierre. La montée est un peu raide, mais se fait bien avec les enfants malgré tout.

Batu Caves, Malaisie

Batu Caves, Malaisie

Batu Caves, Malaisie Batu Caves, Malaisie
Batu Caves, Malaisie

À l’extérieur, des singes un peu trop (ou trop peu, c’est selon) sociables nous saluent (ou nous harcèlent, c’est selon); des statues, un temple en son nom, des lieux de recueillement, d’autres statues… Shiva, Ganesh, Hanuman… On est propulsés en Inde le temps d’un après-midi.

Batu Caves, Malaisie, singes

Batu Caves, Malaisie

Batu Caves, Malaisie

Ensuite, on se dirige vers la grotte principale, grotte cathédrale atteignant 100 mètres de haut. Pour l’atteindre, il faut monter 272 délicieuses marches d’un escalier gardé par cette statue impressionnante de 42 mètres du dieu Murugan – la plus haute représentation de ce dieu au monde, semblerait-il. Déjà impressionnant sur photos, le colosse l’est encore plus lorsqu’on se trouve à ses pieds.

Batu Caves, Malaisie

Batu Caves, Malaisie

Par la chaleur qu’il fait (38 degrés, 90 % d’humidité), il m’est difficile de croire que j’arriverai à gravir toutes ces marches. Les macaques, stratégiquement installés de part et d’autres de l’escalier, tentant, sans gêne aucune, d’attraper TOUT ce qui nous appartient – appareil photo, Ipod, bouteille d’eau, lunettes de soleil, chapeaux, popsicles, enfants… – m’offrent une motivation supplémentaire. Mieux vaut monter vite, loin des rampes.

Au sommet, la grotte impressionne par ses dimensions. J’essaie de m’imaginer l’endroit rempli à craquer : l’ambiance doit y être absolument envoûtante, mais l’idée d’un possible mouvement de foule me fait apprécier cette journée peu achalandée. En janvier/février, plus d’un millions d’Hindous viennent y faire un pèlerinage pour y célébrer Murugan, le plus jeune fils de Shiva, lors de la fête de Thaipusam.

Batu Caves, Malaisie

De part et d’autres, des statues, des représentations, puis, au fond, d’autres escaliers menant à un puit de lumière naturel.

Batu Caves, Malaisie Batu Caves, Malaisie

Après la visite, on se dirige vers le petit marché indien installé aux abords du site. Voilà l’occasion parfaite pour se désaltérer à l’aide d’une bonne noix de coco fraîche et de se remplir la panse d’un plat traditionnel indien. J’ai été agréablement surprise à cet endroit, d’ailleurs!

Vous êtes sur Pinterest?Batu Caves, Malaisie

Vous avez visité les Batu Caves ou planifiez le faire? Jasez-moi ça en commentaires!

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

4 commentaires

  1. C’est magnifique! Merci de m’avoir fait decouvrir cet endroit dont je n’avais jamais entendu parler!
    … Au fait, les enfants ont fini par avoir leurs popsicles?

    • Oh chouette! Je suis heureuse de te faire découvrir ce coup de coeur pour moi! Si tu passes dans le coin, profites-en pour aller faire un petit tour!

      DEUX popsicles chaque :P

  2. Merci pour tes photos. Ma visite au batu Cave a été tellement éprouvante que j’ai peu de photo, peu de souvenirs. D’abord les singes qui te harcèlent en permanence. Bon pourquoi pas. Ensuite il faisait chaud et humide et je n’étais pas vraiment préparé à cette idée, mais c’était supportable. Mais ensuite, j’ai le vertige et je n’avais pas du tout anticipé que la descente des escaliers seraient dur.
    Je suis descendue comme un robot focalisé sur mes pieds. J’ai fini avec un teint cadavérique, tremblante et je me suis retrouvée assise à une table avec une boisson sucrée pour me remettre de mes émotions. J’ai le vague souvenir que nous avons vu des serpents après, mais la peur m’a fait oublié tout ce qu’il y avait avant cette descente. Ce n’est qu’en voyant tes photos que je me souviens des statues.
    Faudrait peut-être que j’y retourne maintenant que ma fille m’impose un entraînement de malade contre le vertige avec monter de toutes les tours (beffroi ou cathédrale) et des tours de grandes roues…
    Tiphanya a récemment publié… Les dragées de Verdun – bonbons de France

    • Ohh! J’avoue que la descente avec le vertige ne devait vraiment pas être de tout repos! Mon aînée a aussi un peu le vertige. Je ne me souviens pas de sa réaction à ce moment-là.

Leave A Reply

CommentLuv badge
22 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez