Une paranoïaque en Australie

4
Je suis j’étais arachnophobe. De type paranoïaque. Mon rythme cardiaque augmente encore aujourd’hui à l’approche d’une araignée. Elles se foutent de moi. Et moi je les déteste. Microscopiques ou tinanesques, agressives ou atones, elles ont huit pattes, trop d’yeux; elles m’énervent et me dégoûtent. M’enfin, il fût un temps, un lonnnnnnnng temps (tout le temps en fait) où elles me pourrissaient véritablement l’existence, où ma peur était telle que le cour de mes actions, mes décisions, en dépendait.

Et je suis allée m’installer en Australie…

Oh bien sûr, quand t’es arachnophobe et que tu voyages, tu en connais un pan sur la situation géo-politique de ces crapules. Et selon le niveau de phobie, tu sélectionnes. L’Australie = Ja-Mais! T’entends?

Avant le départ

J’ai passé presqu’autant de temps à me renseigner sur la situation aranéide australienne que sur tout le reste. Araignées à droite. Visa, climat, machin et tralalère à gauche. La balance en parfait équilibre.

Du coup, je savais pertinemment qu’il existe désormais un anti-venin fort efficace contre la morsure de la veuve noire à dos rouge, lequel a permis au pays de n’enregistrer aucun décès relié depuis 1984. Je savais aussi pertinemment que la Huntsman était inoffensive et que les deux seuls états exempts de Funnel Web Spider étaient l’Australie occidentale et les Territoires du Nord. Que les chances d’en croiser une à Melbourne, contrairement à Sydney, étaient plutôt minces, voire inexistantes. Que les Golden Orb Weaver Spider font partie des espèces les plus imposantes, mais qu’elles sont aussi immobiles qu’elles sont grosses. Et qu’en matière de risque, il aurait été beaucoup plus pertinent de m’inquiéter de ce qui vit dans l’eau que ce qui se cache dans les bosquets.

À l’arrivée

Nous sommes arrivés, après un long trajet nous ayant fait traverser la moitié de la planète. J’étais fatiguée. J’ai mis le pied sur le sol australien. Alors que j’aurais dû soit éclater en sanglot (on est arrivés!!!!!! je veux dormirrrrr!), soit m’extasier de joie (l’Australie! On y est! Je touche le sol de ce pays mythique qui fait rêver tant de gens!), je me suis questionnée : « Ya pas d’araignées dans les aéroports, non? »

Si vous me trouvez trop intense, et que vous n’avez pas lu le premier article de la série, il serait pertinent de le faire maintenant.Arachnophobie et voyage

On se dirige vers ce quartier de l’est de la ville de Melbourne qui deviendra notre seconde maison pour les prochains mois. Ma belle-soeur conduit. D’ici, vous pouvez voir truc-machin centre-ville, et là, on arrive à Malvern East. Bla bla, voilà la maison.

Devant la maison : des arbustes. Déjà, ça craint.

On visite la maison. Alors ici la salle d’eau, là votre chambre, blabla. Je t’ai raconté mon arrivée en Australie, il y a 8 ans, oui? J’étais dans cette chambre d’hôte à Sydney et cette grosse araignée qui s’était installée dans le coin de la chambre, au plafond...

L’autre qui la pourchasse avec le balai. La bête qu’on entend tomber sur le lit. S’ensuit une course folle, 3-4 coups de balai, puis cette patte qu’on ne retrouvera jamais.

Je n’ai plus sommeil. (Je finirai par tomber endormie dans le milieu d’une phrase dans l’heure qui suit…)

Je ne vous mentirai pas. Cette paranoïa ne faisait que commencer…

Fouille la chambre. Déplace les meubles une fois. Ouvre les tiroirs délicatement. Secoue les draps, violente les oreillers, m’installe sur le matelas, ferme la lumière et tend l’oreille. Dort. Premier rêve d’araignée.

malvern east

Il est facile d’imaginer chaque endroit comme étant un repaire potentiel pour un gang organisé de redbacks…

Au fil des jours

Je prendrai l’habitude d’inspecter le lit chaque soir. Discrètement. (Non mais, on s’en vantera pas non plus!) Je vérifierai aussi, d’abord frénétiquement, puis à la longue, machinalement, l’intérieur de mes soulieurs avant de les chausser. Secouerai tous mes vêtements avant de les enfiler. Prendrai soin de ne pas frôler l’arbuste de l’entrée. Et si j’échappe quelque chose sous le paillasson, cest foutu, ça reste là. Inspecte le lit de bébé 15 fois par jour. Précautions lors de l’utilisation de la toilette (il y a de ces histoires qui circulent!), et souvenirs du film Arachnophobie lors de la douche matinale (ah! les médias et la création de peur irrationnelle!).

La plupart de ces habitudes resteront plusieurs mois, mais l’obsession abusive ne restera que quelques semaines. Heureusement.

Et un peu de paranoïa maternelle

Et il y a l’aspect «enfant».

Non, bébé, ne mets pas tes doigts sous ce banc de parc.

Attention dans la petite maisonnette.

Le ballon est disparu dans le buisson? Considère qu’il n’existe plus.

Elle a faim? Froid (ce serait étonnant). Chaud (plus plausible). Et si… et si elle s’était fait mordre par une redback? Comment pourrais-je le savoir suffisamment rapidement?

Arachnophobie et paranoïa viennent souvent ensemble.

À suivre…

Vous êtes arachnophobe, vous vous retrouvez dans ce récit, et vous envisagez (ou évitez) un voyage en Australie? Venez m’en parler! 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

4 commentaires

  1. Ah ah ! Le non, jamais j’irai en Australie, y a trop de bêtes pas jolies/gentilles… Combien de fois je l’ai pas dit ! ^^
    Au final, c’est moi qui ai pris les billets pour … Sydney… Mais en lisant ton article et celui là (http://www.lepetitjournal.com/sydney/actualite-sydney/120266-sydney-wanted-venin-daraignee.html), d’un coup j’ai un peu moins envie d’y aller, même si ce n’est que pour 7 jours… Bon déjà, on a revu nos plans : non, on ira pas crapahuter dans les jardins de nos hôtes, et PERSONNE n’a le droit de me parler de jardinage ou balade en forêt ^^

    • Hahaha! Comme je dis souvent: suffit de ne pas être parano-arachno comme moi, et ça va!

      Et, franchement, bien heureuse de ne jamais avoir eu à croiser de Funnel Web Spider :P

      Je vous souhaite du bon temps en Australie, ça me manque… Allez! Profitez bien de Sydney!

  2. Pingback: Une arachnophobe en Australie.

  3. Pingback: D'arachnophobe à calineuse de mygales : surmonter la peur des araignées

Leave A Reply

CommentLuv badge
16 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer