Traversée du continent : Uluru (Ayers Rock), première partie

7

Le soir même (en fait, directement après avoir quitté Kata Tjuta), nous nous sommes rendus à un endroit où il est possible d’admirer le coucher du soleil sur la célèbre grosse roche rouge, Uluru.

Juste avant, nous arrivions de:

-> Kata Tjuta, The Olgas

Uluru (Ayers Rock)

Uluru

Sans m’embarquer (pas maintenant du moins) dans un débat éthique des valeurs ancestrales, je ne ferai que mentionner que je continue de croire que permettre l’escalade d’Uluru est une aberration. J’y reviendrai.

Pour souligner mon questionnement cette journée-là:

Uluru / Ayers Rock

L’appréhension en lieux touristiques

Je dois avouer entretenir de façon générale une certaine retenue envers les sites hautement touristiques, les fameuses emblêmes. La plupart du temps, j’y vais quand même, souvent avec une certaine impatience/excitation, mais toujours avec une part d’appréhension. Peur d’être déçue? Craintive de voir ce que l’industrie touristique en a fait? Totale absence d’envie de me retrouver entre 18 autocars de touristes, un guichet automatique et 8 boutiques souvenirs? Peur de ne pas réussir à apprécier la qualité et l’histoire des lieux à travers tout ce brouhaha? Peur d’y passer en 3 heures l’équivalent budgétaire de 3 jours de voyage? Un peu de tout cela. Néanmoins, il y a des endroits, comme Uluru, que je ne pourrais pas ignorer. Même s’il nous fallu faire un détour de près de 1 000 km supplémentaires…

Ce sentiment d’être «là»

Et bien que l’industrie touristique y soit bien implantée (Yulara étant le complexe touristique accueillant les visiteurs au Kata Tjuta and Uluru National Park), et que nous étions loin d’être seuls à observer le soleil descendre lentement à l’horizon ce soir-là, j’avoue avoir ressenti ce petit quelque de magique: on est vraiment ici. La fois où j’étais sur la carte postale, quoi. Sentiment qui m’a envahi plus d’une fois, malgré tout.

Il n’y a pas que ça. En allant en Australie, il était primordial pour moi de visiter l’outback, le plus possible. Je ne voulais pas y faire un simple saut, le survoler rapidement (quoique c’est pas comme si on y avait passé 3 ans non plus..). Je voulais rouler ses routes, subir sa chaleur, respirer sa terre, ressentir son immensité. Et tant qu’à être dans le coin…

Donc, nous nous sommes installés, avons sorti la table et les chaises de camping, les délis achetés il n’y a pas si longtemps ( au fait, quelqu’un se souvient OÙ on a trouvé tout ça?). Nous nous sommes installés et avons dégusté, au sens propre et figuré, le spectacle. Les photographies qui suivent sont en ordre, et furent prises sur une période d’environ 20 minutes…

Uluru / Ayers Rock

Un lieu sacré pour le aborigènes

Uluru est un lieu sacré pour les aborigènes Pitjantjatjara et Yankunytjatjara, au pied duquel certains rituels sont encore pratiqués. Il s’agit en fait d’un inselberg en grès. « Uluru », en langue pitjantjatjara n’a pas de signification précise. Le mot est toutefois utilisé pour traduire des mots tels « protection », « long sommeil », « périple », lequel est aussi utilisé pour signifier « liberté », dans la plupart des langues Anangu. Un peu de la même façon que Kata Tjuta/Monts Olga, Ayers Rock/Uluru devient en 2002, Uluru/Ayers Rock.

Uluru / Ayers Rock

On a généralement l’image d’un long et plutôt mince rocher d’une certaine taille. En réalité, il est difficile, sans y être (et même en y étant) de relativiser son ampleur. 3,6 km de long pour 1,9 km de large. 348 km de haut, et plus de 9 km de circonférence. Ce n’est pas l’impression qu’on en a en contemplant les photos ci-dessus.

Dure vie…

Uluru / Ayers Rock

Le ciel magnifique de cette fin de soirée…

Uluru / Ayers Rock Uluru / Ayers Rock

Demain, nous nous promettons de nous lever avant l’aurore pour aller admirer le spectacle inverse. On ne va pas aussi loin pour n’en voir qu’une partie!

Demain, nous poursuivons la découverte de ce lieu mythique:

-> Uluru / Ayers Rock, deuxième partie

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

1 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer