6 mois de voyage en Asie en famille : nos choix de sacs à dos

5
Certains le savent déjà : nous aimons vivre léger, simplement. Il va donc de soi que lorsque vient le temps de plier bagage, on se pose rarement cette question, pourtant si populaire : « Est-ce que j’en emporte trop? ».

À mon grand étonnement, vous êtes plusieurs à m’avoir posé des questions sur le contenu de nos bagages pour ce voyage de 6 mois en Asie en famille. J’essaierai ici de satisfaire votre curiosité.

Comme certains s’interrogaient autant sur le contenant que sur le contenu, je vais, avant d’en dévoiler l’intérieur, partager nos choix de bagages.

Avant toute chose, remettons-nous en contexte : 6 mois de voyage en Asie… en famille… trois jeunes enfants… en faisant l’école-maison… et en tant que travailleurs nomades…

…donc, forcément, plus de bagages qu’à notre habitude. Avant d’inclure les enfants, le travail et l’école dans nos voyages, on se contentait d’un sac à dos chacun (pas de sac de jour).

Nos bagages

Nous sommes partis avec l’idée d‘un seul bagage enregistré pour toute la famille + un sac de jour chacun.

Nous sommes donc partis avec :

  • 2 backpacks (le mien et celui de l’homme) : ASolo Meridian 60  et Vaude Tour 50
  • 1 sac de jour (que je porte) : OGIO 28 litres
  • 1 sac à dos convertible en valise (que l’homme porte) : Merrell Brower Backpack comme celui-ci
  • 3 backpacks pour enfants (logique : un par enfant) : 2 Vaude Ayla 6 comme celui-ci et 1 MEC Feldling (3 litres) comme celui-ci

Bagages pour un voyage de 6 mois en Asie

Déjà, ça semble énorme à mes yeux et l’envie d’en larguer 2-3 sur le champ était plutôt forte. Mais en réalité, seul le 60 litres est rempli. Les enfants n’ont que des babioles dans leurs sacs, le sac convertible sert de bureau, le sac de jour est à demi-plein et le 50 litres… bah…

Justement, et le Vaude 50 litres dans tout ça?

Eh bien, on le traîne, mais au départ, il ne contenait qu’un clavier d’ordinateur (trop long pour entrer dans la valise-bureau), un restant de paquet de couches et 2-3 babioles rajoutées à la dernière minute. Nous avions prévu le laisser à la maison, considérant que le 60 litres était bien suffisant pour les 5. Long story short, on a eu un petit pépin de dernière minute qui a fait en sorte qu’au moment d’apporter la touche finale aux bagages, j’ai perdu patience et j’ai foutu l’excédent dans mon 50 litres, me disant que je gérerais ça rendue à l’aéroport, chose que je n’ai jamais faite.

C’est pas plus mal, parce que bien qu’il était tout à fait possible de se débrouiller qu’avec le 60 litres, cela nous laissait peu de place aux achats. Il passe en bagage à main et quand on est limité à un seul bagage à main par personne, on y insère le sac du plus jeune et le tour est joué. Bref, le 50 litres, au final, il est au 3/4 vide, très léger, et il dépanne.

L’idée de le renvoyer au Canada est bien là, mais pour le moment, comme il est facile à trimballer, qu’on voyage lentement (et donc, qu’on ne remballe pas tous les trucs aux 3 jours) et qu’il s’avère tout de même utile de temps à autre, on l’endure.

À quoi servent donc chacun de ces bagages?

-> Le ASolo 6 litres, c’est notre sac principal : il contient tous les vêtements de la famille, tous les articles et produits d’hygiène, la trousse de premiers soins et la trousse santé. Il est bien rempli, mais il reste encore de l’espace. Voyager juste pour voyager, il nous serait suffisant.

*C’est le seul bagage qu’on enregistre.

-> Le sac convertible Merrell, qu’on appelle affectueusement « The office », contient le matériel de travail de monsieur : ordinateur, tablettes et autres appareils portables, manettes, disque dur externe, etc. Il est rempli environ qu’au 3/4.

*En avion, en on profite pour y ajouter un chandail chaud et quelques collations.

-> Le sac de jour a deux utilités : lors des déplacements, il contient mon ordinateur, les livres d’école de la grande, les produits pratiques à avoir sous la main (brosses à dents, couches, eau, porte-monnaie, sacs de liquides, collations, etc.). Une fois qu’on est installés quelque part, l’ordinateur et les livres d’école restent sur place et le sac devient notre sac de jour, celui avec lequel on fait les emplettes, dans lequel on traîne collations, bouteilles d’eau, crème solaire, etc.

-> Les sacs des enfants ne servent réellement que lors des déplacements*. Ils contiennent chacun une bouteille d’eau, un petit porte-monnaie, un cahier de note, des crayons, et toutes les babioles trouvés sur la route et dont il ne peuvent ne veulent se départir. Chaque enfant gère son propre sac, lequel devient en quelque sorte son petit refuge, un bordel comme seuls les enfants en sont capables un coffre aux trésors.

*Lors de longs déplacements et en avion, on y rajoute un ensemble de vêtements de rechange, un chandail chaud, des collations et parfois, de petites surprises.

-> Le Vaude 50, comme je le disais précédemment, sert à trimballer l’excédent. Lors des déplacements en avion, on l’utilise statégiquement, mais lors des déplacements terrestres, j’avoue l’utiliser comme fourre-tout plus qu’autre chose.

Le fait d’avoir deux sacs m’énerve quand même et je ne garantis pas que les deux se rendront jusqu’à Bali (notre supposée dernière destination). Je n’ai toujours voyagé qu’avec un backpack et un fourre-tout en tissu. Moi, le backpack derrière et le sac de jour devant, j’ai toujours trouvé ça trop.

Sur quoi se base notre choix de bagages?

-> Les deux backpacks, pas compliqué : on les a depuis 2005. Ils nous ont accompagnés en autostop/camping en Europe, en backpacking Amérique du Sud, nous ont suivis jusque dans nos roadtrips en Australie et en Nouvelle-Zélande. Fidèles compagnons de voyage, il n’y avait aucune raison pour ne pas les choisir à nouveau.

Le seul petit regret que j’ai face à eux, c’est cette merveilleuse idée qu’on a eue (#NOT) lors de nos premiers voyages de faire « comme tout le monde » et d’afficher fièrement (*soupir*) les pays traversés dessus. C’était mignon à ce moment, mais maintenant… Non seulement, cette exposition m’énerve un peu, mais en plus, on a arrêté à mi-chemin parce que le sac ne s’invente pas de nouvelles surfaces à chaque frontière.  M’enfin, la plupart du temps, on voyage avec la housse intégrée, ça règle le problème.

-> Les sacs des enfants ont fait l’objet d’un magasinage intensif et de plusieurs essayages.

Pour les filles, je voulais absolument un sac robuste et léger, avec au moins une petite pochette, pas trop haut, pas trop large et offrant des attaches à la poitrine ET aux hanches. Après avoir sérieusement condidérés les Deuter Kikki (et quelques autres, le choix étant, somme toute, assez limité), mon choix s’est arrêté sur les Vaude Ayla 6. Jusqu’à maintenant, j’en suis énormément satisfaite.Vaude Ayla 6 litres voyage enfants

Pour le p’tit frère, le 6 litres semblait trop gros. Après en avoir essayé quelques uns, c’est le Feldling de MEC (3 litres) qui s’est mérité une place parmi nous. Il n’est muni que d’un clip à la poitrine, mais étant donnés sa grosseur et le faible poids de ce qu’on y met, cela ne cause aucun problème. Bonus, il n’est pas cher (22 $) et garçon réussi à l’attacher lui-même sans difficultés.

Vaude Ayla 6 litres voyage enfants

-> Le sac convertible Merrell a été celui qui a été le plus difficile à choisir. Nous avions déjà une valise format cabine qui nous avait bien servi pour l’Australie, mais qui nous semblait trop lourde, trop grosse et trop rigide pour un voyage backpacking. Après réflexion, le choix d’un sac à dos convertible en valise nous a semblé le plus logique et le mieux adapté à nos besoins. La plupart des sacs à dos à roulettes nous semblaient trop gros et trop lourd pour nos besoins. Le Merrell est petit, léger, loge beaucoup, et a un espace rembourré pour un ordinateur portable.

Quand monsieur a le 60 litres sur le dos, le mode valise rend le transport plus aisé, tout en laissant une main libre pour un enfant dans les endroits où il y a foule (alors que moi, les deux sacs se transportent bien sur mes épaules vu leur faible poids (à la limite, je pourrais mettre le sac de jour DANS le 50 litres), ce qui me laisse deux mains libres pour les autres enfants, au besoin). Une fois le 60 litres enrgistré, on sort les bretelles et hop! sur le dos.

-> Le sac de jour (OGIO) n’a fait l’objet d’aucune réflexion. C’est un sac qu’on utilisait déjà à la maison. Je l’ai longtemps utilisé comme sac d’accompagnement pour les accouchements et monsieur l’a aussi utilisé lors de ses voyages d’affaires.

Jusqu’à maintenant, il fait la job, mais si c’était à refaire, j’opterais pour un sac qui s’ajuste mieux, respire au dos et probablement plus petit. 

Vaude Ayla 6 litres voyage enfants

Des questions sur notre équipement? Posez-les en commentaires!

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

5 commentaires

    • Bonjour et bienvenue sur le blog!

      C’est certain qu’on emporte pas grand-chose pour que ça rentre ainsi. Mais entre la peine de traîner plus de bagages et celle de vivre avec peu de vêtements, on a choisi la deuxième ;)

  1. Pingback: Budget pour 6 mois de voyage en Asie en famille : Bilan financier

  2. Bonjour, tes filles qui portaient les sacs vaude ayla 6 ont quel âge? je regarde ce sac pour ma fille et j’hésite entre le ayla 6 et le puck 10….merci

    • Bonjour Catherine,

      Mes filles avaient 5 et 7 ans au moment du voyage. Le but était qu’elles puissent porter leurs petits effets personnels, mais pas tout leur matériel (les vêtements, etc étaient dans le 65l. pour tous les membres de la famille).

      Pour l’aînée, j’irais probablement plus vers un 10-12 litres pour le prochain voyage (elle devrait avoir 10 ans environ)

Leave A Reply

CommentLuv badge
17 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer