Le retour d’un long voyage vu par les enfants

5
Vous avez été plusieurs à me demander de quelle façon les enfants ont vécu ce retour de voyage au long cours. Ont-ils bien réintégré la «routine»? Comment envisagent-ils le retour à l’école? S’ennuient-ils de l’Asie et des découvertes quotidiennes?

Je vous avais déjà donné mes impressions 72 post retour de voyage et j’ai répondu à quelques autres questions un mois plus tard. Pour ma part, ce n’est pas mon premier retour de voyage au long cours. Pour monsieur non plus. Nos réactions étaient prévisibles, quoiqu’elles auraient pu nous surprendre cette fois-ci. Mais pour les enfants, je n’avais aucune idée de la tournure que cela prendrait. M. était trop jeune à son retour d’Australie après 11 mois sur le continent, et N. et L. vivaient, en Asie, leur premier voyage au long cours…

Nous sommes de retour depuis maintenant 1 mois et demi et j’ai désormais envie de vous parler du retour des enfants.

Alors, ça ressemble à quoi le retour après plusieurs mois de voyage pour mes enfants?

Ça ressemble à… pas grand-chose. La vie s’est poursuivie. J’aurais envie de dire qu’elle a repris exactement là où on l’avait laissée, comme si de rien n’était, mais je déteste cette conception du voyage-parenthèse et ce n’est pas de cette façon qu’on l’a vécu. Elle s’est plutôt poursuivie, indépendamment du lieu, comme si de rien n’était, d’une façon étonnamment limpide.

Bref, pour les enfants, un jour on était à Bangkok, le surlendemain, à Québec. C’était pas mieux, c’était pas pire.

Les anecdotes se mélangent, s’installent sur un pied d’égalité, partagent la même marche du podium. La fois où on est allés au parc près de chez mamie, puis la fois où on s’est baignés avec un éléphant, puis celle où on a été aux jeux d’eau (à 120 mètres de la maison), et celle où on avait réussi à faire entrer papa, maman, les trois enfants et tous les bagages dans un tuk-tuk. C’était génial, ça, maman! Ah oui! Et celle où on a été cueillir des framboises (sur la rive-sud de Québec…) La randonnée dans les rizières à Ubud, et le camping dans Chaudière-Appalaches, et le train à Taïwan, et l’écureuil devant la maison, et la tarentule, et la vache et le singe…

Il y a les goûts qui s’entremêlent, se dissocient de leurs lieux d’origine. Les mets préférés de N. sont désormais, sans ordre d’importance, le pâté chinois, les dumplings, le nasi goreng, les hotdogs et le bubble tea taïwanais.

Il y a les questions qui s’entrecroisent. On visite quoi, aujourd’hui, maman? Je peux boire l’eau dans la bouteille? Elle est traitée?

Il y a les sens qui se superposent. Ça sent bon ici, est-ce qu’il y a un night market pas loin? (Non, ma chérie, on est en Beauce…) Maman! Ça goûte presque comme du nasi goreng!

Il y a les choses dont ils s’ennuyaient… Les amis, les bains chauds, le parc du quartier, grand-mère…

Il y a les choses dont ils s’ennuient… La plage, la liberté de mouvement en voiture, les marchés de nuit, les fruits exotiques qui tombent à l’entrée de la maison, les jus de fruits frais achetés dans la rue…

Il y a les plans qui se font et se défont. C’est où qu’on va partir la prochaine fois? Moi, j’aimerais ça aller en Amérique du Sud la prochaine fois. C’est quand qu’on retourne à Saint-Jean-Port-Joli? (Saint-Jean-Port-Joli est situé à 115 km de chez nous et on y va plusieurs fois par année.). Moi, je ne veux plus partir, ici, on a les amis. Et le lendemain : J’ai hâte de voyager « encore loin ».

Les enfants ont-ils vécu un choc du retour?

Non. Je ne pense pas. La vie continue, et à les voir aller, je dirais qu’elle semble autant excitante maintenant qu’il y a 2 mois. Le voyage semble par moment si loin dans leurs pensées qu’on en oublie qu’on l’a réellement vécu, que ce n’est pas qu’une belle histoire qu’on se raconte. Et il semble si férocement intégré dans leur être qu’on se demande si on est réellement revenus.

Ont-ils bien réintégré la routine?

La rou-quoi? On s’en rejase après le retour à l’école…

 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

5 commentaires

    • Hahaha! Christine de Mamanvoyage se régalait de mes posts Facebook, où j’en laissais, avec plaisir, échapper un peu plus « d’accent québécois ».

      J’aime bien en laisser ici et là (et pas que d’accent, mais d’un parler plus familier, en quelque sorte), surtout si je fais indirectement parler mes enfants. Prochain article, je le soupoudre de sirop d’érable :P

      Moi aussi j’adore les histoires de distances et de temps des enfants. Justement ce matin, en s’en allant au chalet (environ 100 km à parcourir), N. trouvait le trajrt long… elle me dit : « Coudonc, maman, on va finir par arriver à Bali tellement c’est long! »

  1. Pingback: Pourquoi voyager avec les grands-parents - Scouich

  2. Tellement cute! C’est une merveilleuse expérience de vie pour tes enfants, je les envie presque… Contente que le voyage, et le retour, se soient bien passés pour tout le monde.

Leave A Reply

CommentLuv badge
51 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez