Réserver ou non un siège pour un bébé de moins de 2 ans?

4
La question revient souvent. Vous vous apprêtez à prendre l’avion avec votre chérubin (ou chérubine) qui n’aura à ce moment, pas encore deux ans. Deux options s’offrent à vous: le prendre sur vos genoux ou lui réserver un siège. Alors? Réserver ou non un siège pour un bébé de moins de 2 ans? Un petit tour d’horizon des raisons qui pourraient vous faire pencher vers une ou l’autre de ces options…

Avion avec bébé: on lui réserve un siège ou non?

Voyager avec bébé

Réserver un siège pour un bébé de moins de 2 ans

Ce qu’il faut savoir…

  • Un système de retenue (siège d’auto) peut/doit être installé sur le siège. Attention, alors que cela est facultatif chez certains transporteurs, il est obligatoire chez d’autres. Renseignez-vous auprès du transporteur.
  • Un bébé à qui on aura réservé un siège, mais pour lequel aucun système de retenue n’est utilisé, devra être retenu de façon adéquate sur les genoux d’un parent lors des décollages, des atterrissages et durant les périodes de turbulences.
  • Avec la plupart des lignes aériennes, le tarif appliqué pour un enfant de moins de 2 ans à qui on réservera un siège sera celui du tarif enfant ou d’un billet adulte.
  • Le bébé qui a son siège a aussi droit au plateau-repas. Plusieurs compagnies proposent des menus spécial-enfant d’ailleurs.

Exemple: Si on prend Air Canada, un enfant de moins de deux ans qui voyage dans son propre siège paiera (enfin, son parent paiera) le prix d’un billet adulte s’il voyage à l’intérieur du Canada ou vers les États-Unis, alors que c’est le tarif enfant qui a cours s’il s’agit d’un vol international. Chez Air France, on fonctionne plutôt par réductions selon le tarif et la distance.

Les raisons…

  • Ne pas avoir à sacrifier votre espace vital (déjà que dans un avion, c’est pas toujours spacieux). Bébé a sa tablette pour dessiner, prendre son repas, son propre écran s’il y a lieu, et vos cuisses vous remercieront à la fin du trajet.
  • Bébé a droit à un bagage cabine, ainsi qu’un bagage-soute, comme n’importe quel autre passagers. Si vous êtes du genre à emporter beaucoup de bagages, cela pourrait s’avérer utile.
  • En relevant l’accoudoir qui vous sépare de bébé (lorsqu’il est possible de le relever), il est possible de lui offrir une «surface de sommeil» plutôt intéressante (vos cuisses + son banc et pourquoi pas les cuisses de l’autre parent).

carseatblog.com

Ne PAS réserver de siège

Ce qu’il faut savoir…

  • Les bébés qui voyagent sans siège doivent être positionnés adéquatement sur les genoux d’un parent lors des décollages, des atterrissages et durant les périodes de turbulences. Selon les compagnies, on vous demandera de placer bébé face ou dos à vous, avec ou sans dispositif d’appoint (ceinture rattachée à celle du parent).
  • Le prix d’un billet pour bébé de moins de deux ans sans réservation de siège vous coûtera généralement entre 0$ et 10% du prix d’un billet adulte, et parfois, seulement les taxes, selon la destination, le transporteur, etc.
  • Généralement, aucun plateau-repas n’est offert pour le bébé qui voyage sur les genoux de son parent. Dans les faits, on nous en offre souvent un.

Exemple: Chez Air Canada, le bébé qui voyage sur les genoux d’un parent (et qui n’a pas de siège à lui), paiera (son parent!) 0$ pour un vol à l’intérieur du Canada, seulement les taxes pour un vol Canada-États-Unis et 10% du tarif adulte s’il s’agit d’un vol international.  Chez Air Transat, les tarifs applicables seront de 0$ si vous voyagez vers une destination sud ou vers le Canada et l’Europe en forfaits, mais 10% du tarif adulte sera chargé s’il s’agit d’un vol uniquement (sans forfait) vers le Canada ou l’Europe.

Les raisons…

  • L’argument du prix est décidément premier en liste pour plusieurs. Imaginez. Vous vous envolez pour l’Australie et avez payé vos billets 2 000$ chacun. Bébé ne paie que 10%. C’est plus de 1800$ que vous économisez en ne réservant pas de siège.
  • Si vous savez pertinemment que bébé risque de passer la quasi totalité du trajet dans vos bras, c’est un pensez-y bien.

Avion avec bébé

Et la nacelle?

Il existe des nacelles pouvant être accrochées à une cloison (nécessite donc un siège derrière la dite cloison). Ces nacelles (ou berceaux, bassinettes, lits de bébé, transat, etc.) sont destinés aux bébés ne dépassant pas un certain poids (et/ou taille).

Les limites de poids et de taille changent selon les compagnies. Renseignez-vous donc auprès de la compagnie si vous planifiez demander une nacelle.

Exemple: chez Lufthansa: 14 kg/83 cm. Chez Air France: 10 kg/70 cm. Air Canada: 12 kg… Dans tous les cas, on encourage les voyageurs à en faire la demande le plus tôt possible après la réservation. Certains transporteurs refusent dès que le bébé sait se tenir assis, peu importe son poids.

*Notez que vous n’êtes jamais assuré à 100% d’obtenir une nacelle, même si vous en avez fait la demande dans les délais prescrits et qu’on vous a confirmé sa disponibilité.

nacelle avion bébé

nacelle avion bébé

Et les recommandations?

Bien qu’il n’existe aucune loi canadienne (ni américaine) rendant obligatoire l’utilisation d’un système de retenue pour les bébés et enfants en vol, Transport Canada recommande fortement son utilisation. La Federal Aviation Administration chez nos voisins du sud y va d’un ton un peu plus insistant, en conseillant vivement l’utilisation d’un système de retenue adapté, incluant le système CARES. Finalement, L’international Civil Association Organization se prononce contre l’exception accordée dans certains pays aux bébés de moins de deux ans de voyager sur les genoux d’un parent, argumentant que tout passager a droit au même niveau de sécurité et qu’il est inadmissible qu’une partie de la clientèle – la plus vulnérable aux fortes turbulences, entre autre – soit exemptée, dans certains pays, des mesures de sécurité en vigueur pour tous.

Le dispositif CARES a été récemment approuvé au Canada. Celui-ci permet une meilleure retenue et est spécialement conçu pour les enfants de 1 à 4 ans, qui pèsent entre 10 et 20 kg (22-44 libres) et dont la grandeur ne dépasse pas 100 cm.

CARES device

Au final, on prend ou pas?

Ah, ça! Il n’y a que vous qui puissiez savoir. Les besoins et les moyens diffèrent d’une personne à l’autre. Je sais qu’il est difficile de se faire une tête sur la question lorsqu’on s’apprête à vivre notre première expérience de vol avec bébé. Reste que vous êtes le mieux placé pour savoir ce avec quoi vous êtes à l’aise.

De notre côté, nous n’avons réservé aucun siège pour Maëva (qui n’était pas si grande à ce moment-là) pour toute l’année de voyage en Océanie. Elle venait d’avoir 1 an au moment du départ, marchait depuis déjà 2 mois, et a soufflé 2 bougies quelques jours après notre retour. Au total, 13 vols ont été pris cette année-là, et aucun siège réservé.

Pour plus de la moitié des vols vécus cette année-là, nous avons finalement obtenu un siège vacant. Nous avons réservé (lorsque cela était offert/possible) des sièges pour deux adultes, dans des rangées de 3, en réservant les extrémités. Une fois tous les passagers à bord, s’il y avait une place de libre, elle nous était offerte. Je ne recommanderais pas de se baser là-dessus pour planifier votre vol, mais je dois avouer que cela nous a bien servi, à plusieurs reprises.

Puis, parce que même quand nous avions un siège supplémentaire pour Maëva, elle n’y passait que très peu de temps. Très utile pour déposer nos affaires et s’étendre un peu. Reste que le ratio utilisation-prix n’aurait pas été gagnant dans notre cas.

Finalement, je serai honnête: je ne m’étais pas réellement attardée à la question.

Nous avions toutefois pris la peine de réserver des sièges de début de section pour le plus long vol du trajet (16 heures). Un bon investissement, dans notre cas.

Avion avec bébé

Darwin-Melbourne

Mes conseils?

  1. Renseignez-vous d’abord auprès du transporteur convoité
    • sur les tarifs pour vols domestiques/Canada-États-Unis/internationaux
    • sur les tarifs en vigueur si bébé est sur les genoux/bébé a un siège
    • sur les règles en vigueur au sujet des dispositifs de retenue dans le cas où bébé aurait son propre siège
    • si vous voyagez seul(e) avec plus d’un bébé de moins de 2 ans: sur les règles en vigueur quant au nombre de bébés autorisés par adulte
    • si vous désirez utiliser la nacelle: sur les règles en vigueur en ce qui y a trait à sa disponibilité, le poids limite, etc.
  2. Questionnez-vous sur vos besoins, ceux de votre bébé, c’est vous qui le connaissez le mieux!
  3. Questionnez-vous sur ce avec quoi VOUS êtes à l’aise?
  4. Gardez en tête votre budget. Les économies réalisées sont-elles nécessaires?
  5. Prenez en considération:
    • le tempérament de votre enfant. S’il est du type à aimer être assis sur vous, à être dans vos bras et à y rester bien tranquille pour de longue période, il peut être pertinent de se questionner sur l’utilité d’un siège supplémentaire. L’utiliserez-vous vraiment? Beaucoup? Votre enfant y passera-t-il du temps? Croyez-vous que le ratio utilisation-prix vous reviendra gagnant? Évidemment, difficile de se faire une tête lorsque c’est notre premier départ de ce type…
    • la durée de vol. Vos envies changeront peut-être selon que le vol en question soit d’une durée de 4 heures ou de 16 heures.
    • l’âge de l’enfant. Il y a toute qu’une différence entre le bébé de deux mois et celui à l’aube de ses deux ans. Dans l’activité, dans les besoins, dans la taille, dans l’indépendance, dans la tolérance au siège d’auto…
  6. Si votre budget vous le permet et si c’est possible, il peut être intéressant de réserver des sièges derrière une cloison ou à tout autre endroit qui vous plait, surtout s’il est question d’un long vol. Les prix varient d’une compagnie à l’autre, et selon le type de vol.
  7. Ne vous fiez pas à 100% sur la possibilité de mettre bébé dans une nacelle: leur disponibilité n’est pas garantie et les règles changent, encore une fois, d’une compagnie à l’autre.
  8. N’hésitez pas à envisager plusieurs compagnies avant d’arrêter votre choix (lorsque c’est possible).
  9. N’oubliez pas que les tarifs, les règles et les offres changent d’un transporteur à l’autre, du type de vol, etc. Ne vous fiez pas seulement à ce que vous entendez ici et là, ou même à ce que vous lisez sur ce blog: si vous avez des doutes, informez-vous auprès de votre agent de voyage ou directement auprès du transporteur.
  10. Osez! Ben oui! simplement…  Vous vous rendrez, quoiqu’il arrive!

Gardez en tête que la réservation de siège derrière une cloison ne vous garanti pas à 100% que vous obtiendrez les places convoitées.

 

Un remerciement spécial à Caroline, de chez Tours Hai International, qui a généreusement accepté de faire la révision de l’article

Bon vol!

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

4 commentaires

    • Idem! Je regrette un peu de ne pas avoir pris le temps d’en profiter au max dans les 3 dernières années… et là, BANG! je passe de 2 billets à 5 pour le prochain départ -_- hihihi!

      Reste que je trouve intéressant que les gens puissent connaître un peu ce qui se fait dans le milieu, car trop souvent, je lis « avant deux ans, le bébé n’a pas besoin de payer », ce qui résume très mal la réalité et la diversité de l’offre :)

      Bon weekend! (on se jase partout aujourd’hui!)

  1. Pingback: Voyages en avion et grossesse: prendre l'avion enceinte

  2. Pingback: Concours Voyager avec des enfants! ⋆ La Grande Déroute

Leave A Reply

CommentLuv badge
11 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer