Aller à Pattaya avec des enfants, de la folie, vraiment?

7
Notre première semaine de ce voyage de 6 mois en Asie est déjà terminée. Dès notre arrivée à Bangkok, nous nous sommes dirigés vers Pattaya où nous avions loué un petit condo pour 8 nuits. Combien de fois me suis-je fait demander : « Pourquoi? Mais pourquoi Pattaya? Pattaya avec des enfants : t’es sûre? »

Je peux répondre à la première partie de ce questionnement :

Parce que ma mère se trouvait en Asie en même temps que nous. Elle revenait du Cambodge quand nous sommes arrivés sur le continent et elle louait une chambre à Pattaya (Jomtien). Nous sommes allés visiter ma maman, bref.

La deuxième partie, qui relève plus souvent du jugement, de l’incompréhension, de la méconnaissance, est moins évidente. Oui, l’image populaire de Pattaya n’a pas grand-chose de family-friendly, et la Walking Street teinte beaucoup sa réputation, mais, mais, mais… Est-ce toute la ville qui est comme ça? Est-elle si intense, délurée, disproportionnée qu’on l’entend? Est-il fou, voire irresponsable, de s’y rendre avec des enfant*? Existe-il néanmoins des quartiers où il fait bon vivre et où la débauche prend congé?

*On me l’a servie celle-là, et bien d’autres variantes un peu moins polies.

Visiter Pattaya avec des enfants

Est-il irresponsable de visiter Pattaya en famille?

De mon côté, à part le fait que je connais quelques personnes qui s’y sont installés un certain temps (dont ma propre mère) et qui ont su me raconter la ville à leur façon, je n’en savais trop rien, mais j’avais bon espoir d’y dénicher un penchant positif, comme on peut partout en trouver.

J’étais au courant de la réputation que traîne Pattaya. Mais rarement une ville ne se définit entièrement que par un seul aspect relevé, aussi choquant soit-il. Quelle meilleure façon de résoudre l’énigme que d’aller voir par soi-même?

Es-tu folle? Aller à Pattaya avec tes enfants? Ça va pas?

Yep. Ça va très bien merci. Et c’est armée de 3 enfants en bas âges et de leur grand-mère (et de l’homme, quand il ne travaillait pas) que j’ai découvert Pattaya. Fou de même.

On va se calmer le pompon tout de suite : à aucun moment ni en aucun lieu je ne me suis sentie insécure (et je suis plutôt du genre sur mes gardes, surtout seule avec trois enfants), et à aucun moment ni en aucun lieu je n’ai senti la présence de mes enfants déplacée. On a même arpenté la fameuse Walking Street en famille (bon, avant la tombée du jour quand même, faut pas charrier), marché dans les petites rues, rentrés à la noirceur, etc. Fou d’même, j’te dis.

Étonnamment, c’est à Georgetown (Penang, Malaisie – ville merveilleuse et absolument charmante en général, que je recommande sans hésiter malgré tout) qu’on a vécu l’expérience la moins sécurisante du voyage. Comme quoi.

Pattaya métire-elle sa réputation déjantée?

On a souvent tendance à accoler une image à une ville dont découlera sa réputation générale. Amsterdam ne se limite pas à son redlight district et ses coffeshops. À l’inverse, Paris n’est pas que Montparnasse et petits cafés charmants, et Québec ne se limite pas à son foutu château. Pattaya ne se définie pas QUE par sa Walking Street et son centre chaud.

Je ne dirai pas que Pattaya est la ville la plus vertueuse au monde, ce serait mentir. Elle mérite – en partie – sa réputation de capitale du sexe, ville dépravée, haut lieu du tourisme sexuel thaïlandais, avec ses incalculables bars à gogo, ses salons de massages pas-tous-thérapeutiques-tu-vois-ce-que-je-veux-dire et l’ambiance sulfureuse de ses rues le soir.

Pattaya

Une destination populaire

Malgré cette image peu édifiante, Pattaya, une des stations balnéaires les plus visitées d’Asie, est populaire, très populaire. Avec ses plus de 7 millions de visiteurs par année, dont environs 2 millions de thaïs, elle devient, après Bangkok, la deuxième ville la plus visitée en Thaïlande.

De ces 7 millions de touristes (ainsi, environ le tier des touristes se rendant en Thaïlande, passerait par Pattaya), une grande majorité serait asiatique et fréquenterait peu les bars. Un tourisme de masse existe néanmoins bel et bien à Pattaya et celui-ci tourne essentiellement autour des industries du divertissement et du sexe.

Avec à peine plus de 100 000 habitants permanents enregistrés, on est loin du paisible village de pêcheurs d’il y a à peine 20 ans. La quasi totalité des habitants thaïs de Pattaya proviennent d’autres régions de Thaïlande, attirés par les occasions que laissent miroiter l’industrie touristique. Ce qui crée d’ailleurs certains problèmes de santé publique depuis que les soins de santé remboursés aux thaïs ne le sont que dans leur province d’origine.

Une destination animée

Le Lonely Planet y va d’entrée de jeu avec un : « If you long for quiet beaches and hammocks swaying in the breeze, make a sharp U-turn before arriving in Pattaya. »

Pattaya

La ville elle-même ne s’en cache pas. Et même si le gouvernement tente depuis 2000 de redorer un peu l’image de la ville en misant sur l’accueil des familles, Pattaya n’a pas la prétention d’être au-dessus de tout soupçon ni l’intention de se cacher sous ces efforts et de faire « comme si ». C’est pas un pays de Calinours et on ne vous annonce rien de tel. Ça a le mérite d’être honnête.

Mais suffit de sortir du centre un peu, ou même simplement des heures « chaudes » pour voir la ville sous un autre angle. Aller du coté de Jomtien, déjà, ça calme le jeu…

Une destination méprisée

Dans tous les cas, Pattaya ne reçoit pas tant d’éloges. Je comprends le point, totalement. En même temps, partout où l’on voit que du laid, il y a aussi du beau et partout où l’on voit que du beau, il y a aussi du laid. Pattaya ne fait pas exception à la règle.

J’aime, quand je visite une ville populaire et encensée, m’installer dans un quartier noname, visiter la banlieue plate, vivre la ville au rythme de ses habitants ordinaires, voir le moyen avant le wow, parce que je voyage pas que pour les couchers de soleil splendides, les paysages à couper le souffle et les expériences démesurées. Je cours après l’ordinaire, le simple, le normal, le tantôt-désolant-tantôt-encourageant, ce qui passe sous le radar de la recherche de sensations fortes.

C’est exactement pour la même raison que j’ai aimé avoir l’occasion de découvrir Pattaya : tellement de négatif est dit sur cette ville que j’ai eu envie d’aller voir le reste, ce qu’on ne voit pas sur la carte postale et qu’on n’entend pas par la voix des rumeurs intransigeantes.

Pattaya mérite-t-elle sa réputation sulfureuse? Oui, certainement. En partie, du moins.

Si vous avez envie de faire quelques lectures incisives sur Pattaya…

Plusieurs visages de Pattaya

Pattaya centre

Le jour, on a une ville animée, grouillante, populeuse, terriblement touristique, polluée, vibrante. Bouffe de rue, kiosques à smoothies, stands de souvenirs, vendeurs itinérants, trafic, intensité. Ça, c’est Pattaya centre. L’activité se concentre particulièrement entre Beach Road (qui s’étend sur 4 kilomètres, suivant la plage, pour aboutir à la partie piétonne, la Walking street) et Second Road, reliés par plusieurs Soi.

Walking Street Pattaya avec des enfants

Le soir, la moralité prend une débarque et le centre s’anime. Sur la Walking street, c’est la débandade, mais l’intensité de n’y contraint pas et tout le centre s’allume au coucher du soleil. Pour faire court, disons que la ville ne fait pas dans la subtilité.

Autrement, beaucoup de retraités, des Canadiens, des Scandinaves, des Asiatiques, des Russes, beaucoup de Russes. D’ailleurs, saviez-vous qu’à Pattaya, une bonne partie des annonces et des menus sont traduits en russe avant même de l’être en anglais? Les relations entre les résidents et la communauté russe ne se fait malheureusement pas sans heurts, mais là n’est pas le sujet de ce billet. (On parle parfois même d’une petite « invasion russe » à Pattaya, googlez si le coeur vous en dit.)

Pattaya Beach

La plage de Pattaya s’étend sur 4 kilomètres en demi-cercle faisant face à la Baie de Pattaya. La partie sud est la plus animée (et le soir, la night life y est intense); celle du centre, la plus commerçante; et la partie nord, la plus tranquille. Une promenade longe une bonne partie de la plage, c’est par là qu’on peut accéder au Pattaya Water Park, entre autres.Pattaya beach avec des enfants

Du côté de la plage, on tombe dans la station balnéaire typique : hôtels, palmiers, chaises et parasols en location, soleil, vacanciers, beaucoup de vacanciers, pas nécessairement les mêmes que l’on croise le soir venu.

Pattaya beach avec des enfants

 

Naklua et Naklua Beach

La partie nord de Pattaya, appelée Naklua, est décidément plus calme, moins populaire que la partie centre ou même sud. C’est sur la pointe entre Pattaya centre et Naklua que se trouve le Sanctuaire de la Vérité.

South Pattaya / Jomtien

La partie sud de Pattaya, appelée Jomtien, réputée gay-friendly, est aussi un peu plus family-friendly. En partant du centre, sur Jomtien Beach Road, environ jusqu’au Soi 7, les rues et ruelles sont encore bien animées, mais beaucoup moins intenses que dans Pattaya centre.

Jomtien

Jomtien est une zone résidentielle, bien qu’elle loge quelques hôtels de luxe et plusieurs restaurants. Après Soi 7, l’activité s’égraine et aux alentours du Soi 10, déjà, c’est un autre monde. Nous étions logés dans le Soi 12 : pas de boîtes de nuit, plus rien dans les rues – ou presque – après la tombée de la nuit, plage moins peuplées, plus d’expatriés, moins de vacanciers.

Jomtien Pattaya Thaïlande

Jomtien Beach

La plage de Jomtien s’étend sur 6 kilomètres linéaires, du centre vers le sud. Plus on monte vers le nord (et donc, qu’on se rapproche du centre), plus elle est fréquentée et animée, et vice-versa. Sa localisation y amène des vents plus frais et en fait un lieu populaire pour les sports nautiques.
Jomtien Beach avec enfants Thaïlande

Alors, est-il irresponsable d’aller à Pattaya en famille?

Quand on se rend dans une ville pour s’éclater, on a plus de chance d’en fréquenter les hot spots. Pattaya n’est décidément pas la ville la plus chaste et propre du monde, soyons honnête. Mais il est tout à fait possible, à mon avis, d’y passer d’agréables moments en famille. Suffit de choisir ses endroits, parce que la ville ne transpire pas que le vice et la débauche par tous ses pores.

Est-ce un must-see-must-do familial en Thaïlande? Non, probablement pas. Est-ce que je recommande le détour? Pas forcément, non. Mais si vous avez une raison de vous y rendre, sachez qu’il y là autant d’occasions intéressantes qu’à bien d’autres endroits en Thaïlande.

Et les enfants, ils en ont pensé quoi de Pattaya?

Bon, en réalité, nous avons passé le plus clair de notre temps à Jomtien, où nous nous étions installés (à proximité du Anchor Coworking space qui nous a été bien utile cette semaine-là), qu’à Pattaya centre, où nous sommes passés de temps à autres (pour aller au Pattaya Water Park, pour visiter mamie, pour atteindre le port afin de nous rendre sur l’île de Koh Larn, voir de nos propres yeux l’essence même de Pattaya, etc.). Mais là n’est pas la question. Les enfants, eux, n’ont gardé en mémoire que le nom de Pattaya « parce que ça ressemble au fruit ».

Coworking space Pattaya

Et qu’en ont-ils pensé de cette ville au nom de « presque fruit »?

Eh bien… C’est leur coup de coeur. Yep.

Si ce n’était que d’eux, nous aurions passé 6 mois là. Si ce n’était que d’eux, on y retournerait le plus tôt possible. Cette opinion est largement influencée par l’existence du night market du Soi 9 à Jomtien où une scène se transforme en disco pour enfants tous les soirs.

Ça, et le Pattaya Water Park qui coûte trois fois rien. Ça, et la piscine du condo qu’on a loué lors de notre premier passage. Ça, et mamie qui y était et nous trimballait à gauche et à droite. Ça, et la plage à 50 mètres de « la maison ».

C’est forcément circonstanciel, mais c’est un fait : les enfants ont A-DO-RÉ Pattaya. Qui aurait cru.

Jomtien Beach avec enfants Thaïlande

 

 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

7 commentaires

  1. Pingback: Bilan financier et budget voyage en Thaïlande : 7 semaines en famille.

  2. Pingback: Quoi faire à Pattaya en famille? ⋆ La Grande Déroute

  3. Génial, nous avons l’intention d’aller en Thailande avec notre filles de 6 mois dans pas longtemps. Et votre article nous rassure et nous conforte dans notre choix. Un grand merci pour le partage :)

    • Bonjour Nathalie,

      Je conserve l’idée que Pattaya n’est pas l’endroit idéal, mais si vous devez y passer, soyez sans crainte. Et pour ce qui est de la Thaïlande en général, c’est un pays où, je trouve, il fait bon voyager avec des enfants :)

      Bon voyage et merci pour votre commentaire!

  4. Merci pour votre réponse Bianca.
    Oui nous allons éviter Pattaya mais profiter du reste de la Thailande et de l’Asie du sud est en général. Je repasserai vous donner mon avis sur le voyage.
    À bientôt

Leave A Reply

CommentLuv badge
23 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez