Kaoshiung

2
Après 3 semaines d’imprévus, de retours en arrière, de changements de cap, de lente et simple découverte de la culture taïwanaise, nous voilà déjà mis devant les faits : il ne nous reste qu’une seule semaine à Taïwan. Notre dernière destination officielle : Kaoshiung.

De Hsinchu à Kaoshiung

Nous étions donc à Hsinchu, où nous étions retournés, après avoir brouillé et débrouillé mille idées et trouvé et perdu mille solutions à quelques problèmes maintenant du passé. C’est de là que nous allions devoir atteindre Kaoshiung. À la base, nous étions censés nous trouver à Tainan, mais la vie en a décidé autrement (et c’est pas plus mal, avec le tremblement de terre).

Donc, de Hsinchu, nous sommes partis en début d’après-midi, en autobus voyageur vers Taichung, où nous avons dû descendre, marcher, trouver un autre bus (d’une autre compagnie) pour nous rendre à Kaoshiung, où nous sommes finalement arrivés beaucoup plus tard que prévu. Morale de l’histoire : dans ce cas-ci, le train aurait été un peu moins cher, moins compliqué, quoiqu’un peu plus lent, et nous aurait malgré tout fait arriver plus tôt. Néanmoins, il faut se l’avouer : le confort de l’autobus a été grandement apprécié et l’idée de passer 4 à 6 heures en train économique avec les enfants survoltés n’était pas la plus attirante des idées.

Un chez soi à Kaoshiung

20 h 30 : nous arrivons enfin à à la gare centrale de Kaoshiung après 6 heures d’autobus et 2 heures de transfert à se dépatouiller avec nos sacs à Taichung. Le téléphone fait la grève et les enfants sont fatigués. Il est 21 h 30 quand, après avoir enfin réussi à communiquer avec notre hôte Airbnb et pris un taxi, nous arrivons à l’appartement qui sera notre maison pour cette dernière semaine.

L’appartement est spacieux, accueillant et nous nous réjouissons à l’idée d’en faire notre quartier général pour une semaine. Situé dans un quartier dépourvu d’infrastructures touristiques (quoiqu’à Taïwan, déjà, c’est déjà assez épuré de ce côté), au quatrième étage sans ascenceur d’un immeuble familial, nous nous y sentons bien dès les premières minutes.

Kaoshiung, Taïwan

Une semaine bien remplie

Même si notre rythme de voyage est lent, et même si on excelle dans l’art de ne pas tout voir et tout faire (ou plutôt, devrais-je dire, dans l’art de ne pas essayer de tout voir et tout faire), notre semaine a été bien remplie, entre le travail, l’école et les visites.

La présence en ville de l’ami (le même qui nous a vu dépérir à Taipei, avec qui j’ai, plus tard, suivi un cours de cuisine thaïe à Chiang Mai, et oui, le même qui était aussi venu nous rendre visite à Melbourne et avec qui on a traversé l’outback australien et visité les Whitsundays Islands…) y est pour quelque chose. Nos chemins s’étaient malheureusement séparés à Taipei alors qu’on avait pris la décision de laisser tomber la côte est. Lui, il en arrivat de la côte est. Reality check en personne de tout ce que nous n’avons pas vu/fait.

Lotus Pond

Le 14 février. Ma fête. 32 hivers au compteur. On me laisse choisir ce qu’on fait de la journée. Je n’ai aucune, mais aucune idée de ce qu’il y a à faire à Kaoshiung. On est arrivés hier soir! Tout ce que j’en sais, c’est que c’est la deuxième ville du pays après Taipei, que c’est au sud. J’ouvre un dépliant touristique, je vois une belle image, un lac, des pagodes. Lotus Pond. Google map : c’est bon, c’est dans ce coin-là. On n’a qu’à prendre le métro et ça devrait le faire. Lotus Pond, en fait, c’est un grand lac artificiel situé en plein milieu de la ville et autour duquel il est possible de marcher, pédaler, flâner. Tout autour : des pagodes, des temples… Je raconte notre journée ICI.

Kaoshiung, Taïwan

Pier-2 Art Center

Autre tour en ville, accompagnés de l’ami de passage, cette fois au Pier-2 Art Center. Le but premier était de se rendre sur Cijin. On s’est bien rendus au port, la température n’était pas des plus clémentes, la journée avançait drôlement vite. On a marché dans le port, on a tourné les talons, on a changé d’idée, puis on s’est retrouvés au Pier-2 Art Center, un ensemble de vieux entrepôts abandonnés convertis en centre d’arts présentant une série d’exposition et plusieurs pièces uniques dispersées sur le terrain.

Kaoshiung, Taïwan

Wei Wu Ying Metropolitan Park

Une journée, je suis partie seule avec les enfants (comme la majorité des journées, en fait). Le hasard nous a mené au Wei Wu Ying Park (et à son voisin, le Zhongzheng Park) à une trentaine de minutes de marche de la maison. Énorme parc où on peut marcher des heures loin de l’agitation de la ville.

Kaoshiung, Taïwan

Kaoshiung, Taïwan

Night Market, Lightdome, Love River

Sortie en ville avec l’ami un soir, maman prend congé (merci bien!). Direction Dome of lights, situé à la station de métro Formosa Boulevard, puis, à la marche, on se rend au Night Market. Ça tombe bien, j’avais quelques trucs à goûter avant de repartir. Au menu : variété d’entrailles, crânes de canard frits, pork blood’s cake, tofu puant, grenouilles éventrées sur le vif, puis ébouillantées… ça promet!

Kaoshiung, Taïwan

(Non, je n’ai pas mangé tout ça…)

La promenade se poursuit vers la Love River, attrait tant vanté de Kaoshiung. Sympathique, oui. Incontournable? Je n’irais pas jusque là. M’enfin, l’endroit est charmant et il fait bon s’y promener. Nous y étions de soir, après l’heure où laquelle la ville semble s’endormir doucement (c’est à dire, étonnament tôt). Je suis certaine que de jour, c’est un endroit animé où les enfants auraient aimé se balader.

 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

15 Partages
Partagez
Tweetez
Enregistrer