Dorloter une branche vivante au Siam Insect Zoo

6
Visiter un musée d’insectes interactif : pas tout à fait l’activité première que je m’attends à faire en voyage. Mais ça fait quelques jours de suite que je leur fait marcher la vieille ville de Chiang Mai de long en large, de tous les côtés, à ces enfants, et je me dis qu’aujourd’hui, j’irai quelque part juste pour eux. Parmi quelques choix que je leur propose, ils choisissent, à l’unanimité et avec beaucoup trop d’entrain le Siam Insect Zoo.

Une journée au Siam Insect Zoo

J’ai donc fait quelques recherches : comment nous y rendre, combien ça coûte… On a préparé un sac de jour et on s’est lancés, armés d’une carte approximative de la région et de quelques infos pigés sur le net..

Siam Insect Zoo, Chiang Mai

S’y rendre

Le Siam Insect Zoo est situé à Mae Rim, petite ville située à environ 30 kilomètres au nord de Chiang Mai. Pour se rendre à Mae Rim à partir du centre de Chiang Mai, quelques options s’offrent à vous :

  • Vous pouvez vous rendre (en tuk-tuk, red songthaews, scooter, motorbike, à la marche, à vélo, etc.) à la station d’autobus située au nord du carré de la vieille ville : Chang Puek Bus Station. De là, des autobus partent régulièrement vers Mae Rim. (Attention, ne dîtes pas seulement que vous vous rendez à la station d’autobus! Dans un tel cas, vous vous ferez probablement mener à la Arcade Station.)
  • Vous pouvez aussi vous rendre au Warorot Market. Les songthaews jaunes ont une route déterminée qui part du Warorot Market, va jusqu’au nord de Mae Rim et revient à Chang Puak station.
  • Une fois à Mae Rim, il faudra prendre un taxi (red pickup, motorbike, jusqu’au Siam Insect Zoo).
  • Si vous y allez par vos propres moyens, une fois rendus à Mae Rim, tournez à l’embranchement où est indiqué le Tiger Kingdom (et plusieurs autres attractions animalières à l’éthique questionnable).
  • Le Insect Siam zoo n’est pas très difficile à trouver et est affiché.

Siam Insect Zoo

Mais bon, nous, on a voulu y aller par nos propres moyens et l’option de l’autobus ne plaisait pas à mon budget. Nous avons donc fait le chemin suivant :

  1. Songthaews rouges (red pickup) jusqu’au Warorot Market.
  2. De là, songthaews jaunes jusqu’à Mae Rim.
  3. Puis, tuk-tuk jusqu’au Insect Siam Zoo*

Ça, ça aurait été le trajet logique si je n’avais pas sonné le deuxième songthaew trop tard après l’embranchement, que la charmante conductrice, après s’être informée de notre destination finale et voyant bien que je ne savais que plus ou moins où je m’en allais, ne nous avait pas fait remonter le temps de terminer son trajet, de faire demi-tour, de dévier de son trajet, et d’aller nous porter au… Tiger Kingdom!

Je passe les détails, mais la communication a été laborieuse, et on a fait 4 ou 5 arrêts. « Insect Zoo », elle ne semblait pas connaître. Une petite famille de touristes à Mae Rim, ça doit bien aller au Tiger Kingdom après tout, non? Ça veut faire des câlins aux tigres et prendre des selfies avec les bébêtes, non?

Au final, j’ai commencé à me sentir un peu mal à l’aise et me suis dit qu’il serait plus simple de descendre au foutu Tiger Kingdom et de demander là. L’endroit étant très touristique, il était à peu près certain que je trouverais quelqu’un qui parle un peu anglais.

Donc, du Tiger Zoo, après avoir demandé à une proposée de m’écrire « Siam Insect Zoo » en thaï sur un bout de papier, nous avons pris un tuk-tuk qui nous y a mené du premier coup. Yay!

Pour revenir, nous avons :

  1. pris un motorbike taxi du Insect Zoo (demandez à la femme du café de l’appeler pour vous) jusqu’au marché public de Mae Rim (on avait faim).
  2. Le marché se trouve sur la route des songthaews jaunes, donc après avoir rempli nos estomacs, on en a arrêté un sur le bord de la route, lequel nous a menés à la Chang Puak Station,
  3. d’où on a pris un dernier tuk-tuk jusqu’à la maison.

La visite du Siam Insect Zoo

Il faut savoir que le Siam Insect Zoo est en fait un musée interactif. Une première partie « musée » présente plusieurs espèces d’insectes, avec tableaux explicatifs (dont la plupart sont traduits en anglais), présentation du matériel d’entomologie, etc. Le tout est présenté en 3 pièces dans lesquelles on progresse, avant d’arriver à la deuxième partie « interactive », et c’est là, selon moi, que le fun commence.Siam Insect Zoo, Chiang MaiTout commence par les chenilles qu’on peut toucher, manipuler. On nous explique les différences entre chacune, on nous montre quel type de chrysalide et quel papillon chacune devient.

Siam Insect Zoo, Chiang Mai

Puis,  on passe à la section des araignées. Ma préférée, vous vous en doutez (#not). Ici, aucune manipulation. J’avoue être presque déçue, car je me sentais prête à m’essayer. Depuis l’Australie que j’y pense. (Si vous ne comprenez pas pourquoi je dis ça, allez lire ÇA ou ÇA, vous verrez). M’enfin, j’évite de faire honte à mes enfants en pleurant comme un bébé et en entrant en transe-panique et je me contente de les observer au travers les vitres des vivariums. On prête de petites lampes de poches aux enfants, puisque certaines araignées se terrent dans la noirceur.

Ensuite, vient la section des abeilles, puis celle des fourmis (fascinant), des grillons…

Siam Insect Zoo, Chiang Mai

Puis, nous arrivons à la volière de papillons où les enfants s’émerveillent (et moi aussi). On est seuls, l’endroit est relaxant, absolument charmant.

Siam Insect Zoo, Chiang Mai

La prochaine étape nous mène au refuge des insectes branches et feuilles (Stick and leaf insects). Oui. Exactement ceux-là. Ceux qui trompent, se camouflent comme des chefs, qui ressemblent à une branche, une feuille, une brindille…

Siam Insect Zoo, Chiang Mai, Mae Rim

Une entomologiste nous accompagne : elle permet aux enfants (et à moi, hiiiiii!) de toucher, de prendre, d’observer ces insectes fascinants. La tige, elle s’agrippe à votre bras comme si elle vous faisait un calin, la brindille, elle vous chatouille et vous regarde, comme si elle tentait de communiquer, la feuille, elle danse quand vous soufflez dessus… À la fin, les enfants pourront dorloter eurs nouveaux amis en les hydratant avant de passer aux prochaines découvertes.

Siam Insect Zoo, Chiang Mai

J’ai vraiment un gros faible pour la branche (phasme de son petit nom) que je déclare officiellement mon nouvel insecte préféré.

Siam Insect Zoo, Chiang Mai

Pouvez-vous croire qu’on peut apercevoir des dizaines d’insectes (phasmes brindille) sur cette photo?

Enduite, viennent les vers, les mille-pattes, les centipèdes, les iguanes et les scorpions. On a de la chance, on tombe sur l’heure du lunch d’un de ces derniers. Un criquet passait par là et c’était pas son jour de chance…

Scorpion, Siam Insect Zoo, Chiang Mai

Déjà fini? J’en aurais pris plus… heureusement, après la partie « guidée », nous avons le loisir de retourner partout où nous en avons l’envie. On passe de longues minutes dans la volière à papillons, avant d’aller voir ce que le café de l’endroit a à proposer. Un peu coûteux, mais ce thaï milk tea et ce chocolat chaud étaient délicieux.

Quelques infos pratiques :

  • L’entrée coûte 200 baths/adulte et 150 baths/enfant.
  • L’endroit est un peu isolé, mais facile à trouver. Pensez à emporter le nom écrit en thaï pour le chauffeur de taxi, puisqu’ils ne parlent pas tous anglais et certains vous larguent au Tiger Kingdom à la place ;)
  • Il n’y a pas vraiment de possibilité de se restaurer sur place mis à part un petit café. Prévoyez des collations, manger avant ou arrêtez-vous au marché de Mae Rim au retour.
  • L’endroit n’est pas très achalandé. Il y a de bonnes chances pour que vous y soyez seuls ou presque.
  • De mon point de vue, l’endroit peut plaire tout autant aux enfants qu’aux adultes.
  • Pour plus d’infos, visitez leur site Internet : Siam Insect Zoo

 

 

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

6 commentaires

  1. La taille du phasme sur le bras, quelle horreur ! L’Australie m’a guérie de ma phobie, mais j’aime toujours pas ça, brrr !

    • Hahaha! Les araignées, ça passe toujours pas pour moi, même après l’Australie… c’est moins pire à tout le moins!

      Mais le phasme, je suis en amourrrrr, c’est hyper charmant ce truc, tu devrais essayer ;)

  2. Pingback: Pseudo-bilan semi-futile de 2016 et prédictions approximatives pour 2017 ⋆ La Grande Déroute

  3. Pingback: 7 semaines en Thaïlande en famille : budget et bilan financier

  4. Pingback: 7 semaines en Thaïlande : rétrospective et itinéraire ⋆ La Grande Déroute

  5. Pingback: Voyage en Thaïlande : itinéraire et rétrospective

Leave A Reply

CommentLuv badge
12 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez