Prendre le temps de trouver le temps long, à Buakped

7
Demain, on quitte Buakped. On remet les clés de la maison qui aura été notre « chez nous » durant 2 semaines. On passe une dernière fois dans le soi 5, on envoie la main pour une dernière fois aux voisins d’en face. On lâche un dernier sourire à la dame du restaurant d’à côté.

Ce quartier, on l’a aimé et un peu détesté à la fois.

On l’a aimé pour son absence de touristes (don’t get me wrong, le but n’est pas de stigmatiser les «touristes», et encore moins, de se laisser aller à une distinction prétentieuse entre le touriste et le voyageur, ni de les éviter à tout prix : j’en suis une. Je suis une touriste. On est une famille de touristes, ça passe pas inaperçu, ça.

Buakped, Chiang Mai

L’authenticité des lieux, ça, on ne la trouve pas partout, surtout quand il y a 15 agences de voyage au pied carré. À Buakped, ce n’est décidément pas un problème.  Buakped, c’est pas sur l’itinéraire des voyageurs. Jamais. Il n’y a pour ainsi dire rien qui pourrait me le faire suggérer. Et c’est parfait ainsi.

On l’a aimé parce qu’on s’y est fait une petite vie temporaire. 2 semaines, c’est court, mais ça peut être long. C’est suffisant pour commencer à faire partie du décor, un peu, à notre façon. Plus que quand on passe à la va-vite, en voyageur hyperactif armé d’une liste, qui s’emmerde au bout de 2 jours, qui ne défile pas toujours à la même vitesse que le décor.

Buakped, Chiang Mai

Le marchand d’oeufs, la dame du restaurant, la mère d’à côté qui porte et allaite son enfant toute la journée, l’autre, couturière, qui travaille du matin au soir, nous envoie la main énergiquement, le sourire plein de vrai et de beau. L’employé du dépanneur, celui de la poste. Et ce résident qui retrouve ton porte-feuille, sait qu’il appartient « à celui qui a des enfants, qui vient de loin », qui fait des pieds et des mains pour qu’il se rende à bon port. À la moitié du village qui, d’un élan rassembleur, se donne pour mission de te rendre ce porte-feuille, te cherche, se relaie, qui refuse les remerciements, l’argent. « No, for kids, for kids. »

Buakped, Chiang Mai

On l’a aimé pour la maison et la tranquilité qui l’entoure. Après 5 semaines de grosses villes, le countryside apaise et ravive. Les lieux sont vite devenus notre refuge. On s’y sentait bien, comme si on y était depuis des lunes.

Buakped, Chiang Mai

On a bien aimé aussi la proximité avec Bosang, vieux quartier atteignable à la marche, village des ombrelles, lanternes de papiers et gravures sur bois, quartier qui refuse de trop bouger, mais qui charme à sa façon, qui fait même partie de certains circuits, qui ne vit pas le même désintéressement que son voisin.

Buakped. On est quand même heureux de le quitter, ce quartier. Cette rue principale qu’arpenter avec des enfants relève presque de l’insouciance; la traverser, de la témérité. Ces chiens, le soir venu, qui se foutent de ta gueule, te font changer de côté de rue, sans être réellement menaçants, ils dérangent et incommodent. Cet éloignement qu’on cajole d’une main et qu’on tente de balayer de l’autre. 

Buakped, Chiang Mai

Buakped aura été un temps d’arrêt. Un prétexte pour renflouer le coffre des précieuses heures de travail, à reprendre l’étude là où on l’avait échappée quelque part entre la plage et le night market, un prétexte pour se poser, prendre le temps, avoir le temps, le trouver le long, l’étirer, le regarder passer. Calquer celui des habitants, choisir leur rythme, ralentir, se réveiller au chant du coq, choisir ses oeufs soigneusement, développer de petites habitudes, faire « comme chez soi ».

Buakped, Chiang Mai

On ne se reverra probablement jamais. Mais, merci… Au revoir, Buakped.

About Author

Éparpillée professionnellement, langagière de métier, géographiquement indépendante, voyageuse et mère X3. Périnatalité, linguistique et voyages teintent mon quotidien.

7 commentaires

  1. Il est sympa, cet article, et touchant à la fois. J’ai pris du plaisir à le lire, et j’ai même ressenti un pointe de tristesse à la fin. Bref, ça m’a emporté :)

    Bonne continuation !! xx

    • Bonjour et bienvenue Noemi :) Merci pour ton commentaire! Contente de voir que j’aurai réussi à parler de Buakped sans trop être ennuyante ;)

  2. Pingback: 72 heures post-retour de voyage : les grandes questions...

  3. Pingback: 7 semaines en Thaïlande en famille : budget et bilan financier

  4. Pingback: Voyage en Thaïlande : itinéraire et rétrospective

Leave A Reply

CommentLuv badge
28 Partages
Partagez
Tweetez
Épinglez